Sénégal: Trafic de faux médicaments - La douane se dédouane et se défausse sur la DPM

Comment une telle quantité de médicaments a été introduite au Sénégal, à l'insu de la douane ? C'est en substance la question que tout le monde se posait après la saisie, par la Sûreté urbaine du commissariat central de dakar, d'une importante quantité de faux médicaments dans un immeuble sis à la Patte d'Oie. interpellée et même pointée du doigt, la douane s'explique d'abord sur les faits. d'emblée, elle dit avoir été informée de cette saisine par voie de presse.

Sur ces entrefaites et sans perdre de temps, elle a mené des enquêtes avec ses services compétents en vue d'apporter son concours à la manifestation de la vérité. Depuis lors, plusieurs interrogations sur la présence d'un tel dépôt de produits pharmaceutiques au cœur de Dakar, au nez et à la barbe de l'Administration des Douanes sont menées.

Toujours, selon le communiqué, «la Direction de la Pharmacie et du Médicaments (DPM) a délivré plusieurs autorisations d'importation de dispositifs médicaux à la société incriminée». «Tout d'abord, les agents des Douanes qui se sont déportés sur les lieux ont pu constater que 90% de la marchandise est constitué de dispositifs médicaux. Le reste étant composé pour l'essentiel de soluté glucosé soit 585 cartons sur un total de 5993», explique-t-on dans le communiqué.

Puis, révèle le document que «la Douane indique que poursuite des investigations a révélé également que la société incriminée, en l'occurrence DAHAICO SARL, attributaire du code PPM 131911, est bien connue des services de la Douane mais aussi de la Direction de la Pharmacie et du Médicaments (DPM) qui lui a délivré plusieurs autorisations d'importation de dispositifs médicaux». Poursuivant, «il s'y ajoute que la vérification des opérations commerciales de ladite société a révélé que sur les trois dernières années, elle a importé des dispositifs et consommables médicaux sous le couvert de vingt-cinq (25) déclarations en Douanes».

Toutefois, la Douane se dédouane et précise «à l'état actuel de la réglementation, l'importation des matériels et dispositifs médicaux n'est en principe soumise à aucune autorisation préalable contrairement aux médicaments. Mais en cas de doute, la Douane demande toujours aux usagers de se rapprocher de la DPM pour disposer d'un document prouvant qu'elle est informée de l'importation et qu'elle peut effectuer tous les contrôles postérieurs». D'après la Douane, ce n'est que l'importation des médicaments qui est soumise à la délivrance, par la DPM, d'une autorisation d'importation, lit-on dans l'édit et de faire savoir que «dans le processus de dédouanement, les autorisations de matériels médicaux qui n'ont pas un caractère obligatoire ne sont pas dématérialisées contrairement aux autorisations d'importation de médicaments qui sont des «documents pôles» directement routés à travers ORBUS».

L'importateur n'a pas produit un document attestant de l'importation régulière des cartons de solutions glucosées Suite à ses explications, l'administration des Douanes révèle que «les importations effectuées par la société DAHAICO SARL, à travers les bureaux de Douanes compétents, portant sur les dispositifs médicaux ont été dument déclarés, (factures, déclarations en douane, documents de transport, adresse exacte du destinataire) et autorisées par la DPM. Il n'a été relevé aucun délit de contrebande». S'agissant des cartons de solutions glucosées, le document signale que «l'importateur n'a pas produit un document attestant de leur importation régulière. C'est pourquoi des investigations sont en cours pour déterminer leur origine et tracer le circuit qui les a acheminés au dépôt en question».

Concernant ces dites solutions, ajoute la Douane «500 cartons ont été saisis le 24 mars 2021 sur le même importateur et mis en dépôt d'office dans les locaux du Bureau des Douanes de Dakar Port Nord». Par ailleurs, les services des Douanes ont informé avoir tenu une réunion avec l'ordre des pharmaciens du Sénégal. Ce, afin de mieux encadrer les importations régulières de produits pharmaceutiques et dispositifs médicaux. Il sera mis en place un cadre permanent d'échange entre les différents acteurs intervenants dans le processus afin de lever toutes les équivoques sur les procédures et la définition exacte des produits pharmaceutiques et autres dispositifs médicaux», renseigne-t-elle.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.