Sénégal: Diourbel / Concours du récitals de coran - Plaidoyer pour l'intégration de l'apprentissage du coran dans le TBS

La 5e édition du concours de récitals de Coran de Diourbel a vécu, hier dimanche, au niveau de la salle Fatoumata Ka de Diourbel. L'objectif visé à travers ce concours, c'est de promouvoir l'apprentissage et la maîtrise du Coran. L'organisateur de ce concours, Oustaz mouhameth Gueye, a plaidé pour que l'apprentissage du Coran soit intégré dans les indicateurs du système éducatif formel

Ils étaient au total 14 talibés au départ, mais au finish 3 ont été primés à l'arrivée dont les premiers ex aequo. Il s'agit d'Abdoulaye Gaye âgé de 12 ans, Baba Saloum Diaw et Elhadji Wilane. Chacun des lauréats a reçu un écran plat et une enveloppe. L'organisateur de ce concours, Oustaz Mouhameth Gueye explique : «ce concours vise à promouvoir l'apprentissage et la maîtrise du Coran. La région de Diourbel était derrière dans le domaine du «tajwid» (manière de réciter le Coran, comme l'avait révélé l'Archange Jibril -«aleyhi Salam» - au Prophète - PSL, ndlr).

Ainsi nous avons jugé nécessaire que si on continue sur cette lancée, cela pourrait aider les enfants à maîtriser le Coran». Et il poursuit : «ce que nous voulons, c'est d'intégrer l'enseignement coranique dans le système éducatif national du Sénégal. Le taux de scolarisation au niveau du préscolaire dans la région de Diourbel est trop faible et tourne autour de 7%. Ceux qui avaient remporté les prix de l'année dernière ont représenté cette année la région de Diourbel au niveau national.

Auparavant, il n'y avait pas de représentant de la région de Diourbel au niveau du concours national. Ce concours permet d'améliorer le niveau des élèves. Les membres des jurys sont composés de grands érudits ayant fait leurs études supérieurs à l'étranger. Cela encourage les enfants à redoubler d'efforts dans la maîtrise du Coran».

Pour Oustaz Mouhameth Gueye, «l'enseignement coranique, qui est une offre éducative, doit être formalisée dans le système éducatif. Il est inacceptable de considérer ceux qui ont appris les enseignements coraniques comme des analphabètes». Il estime que cette façon de voir les choses est déplorable car on oublie d'intégrer l'enseignement coranique dans le Taux brut de scolarisation (TBS) a-t-il indiqué.

«Nous demandons à tous les acteurs de l'éducation de tout faire pour intégrer l'enseignement religieux dans les indicateurs de performance. Ce sont des enfants qui ont les mêmes droits, au même titre que ceux qui sont dans l'école formelle, dans le budget alloué à l'éducation. Leurs parents paient des impôts et contribuent dans le budget national. Les grands hommes d'affaire de ce pays sont des produits du daara», a-t-il conclu.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.