Togo: La HAAC forme des représentants des médias publics et privés

L'instance de régulation ne ferme pas les yeux sur les couacs des médias dont elle a la gestion et qui en sont ses partenaires. Dernier constat auquel la HAAC (Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication) entend apporter sa contribution, aux côtés des médias aussi bien publics que privés, c'est que la plupart des médias ne disposent pas de service dédié à la documentation et aux archives. Tant et si bien que les productions écrites, audiovisuelles et en ligne sont en souffrance dans les couloirs ou magasins souvent sans aucune précaution. Or il faut bien léguer aux générations présentes et futures les traces du vécu de notre peuple et des périphéries qui ont marqué notre histoire commune.

C'est donc fort de ce constat et pour corriger le tir que la HAAC réunit depuis ce Lundi matin et ce pour deux jours à Kpalimé, 75 représentants des médias publics et privés pour un atelier de formation sur le sujet. Venus des régions des Plateaux, Maritime et du Grand Lomé, ces hommes de médias sous la houlette des spécialistes en Gestion et conservation du fonds documentaire (archives), tels que Moussa Senghor, Junior Holonou Danklou et Mme Dolibé Dorothée Tabiou, seront entretenus à travers six communications sur les enjeux de la conservation du fonds documentaire des médias, les méthodes et outils de cette conservation, où et par qui doit se faire l'archivage des productions médiatiques.

En ouverture des travaux de ce séminaire ce jour, le Président de la HAAC, Pitalounani Télou, a souligné le poids de la masse documentaire et de supports généré par les milliers d'exemplaires de journaux papier et une multitude d'émissions audiovisuelles. « C'est la volonté d'engager une réflexion profonde sur l'importance du fonds documentaire des médias en tant que mémoire des cultures nationales et les moyens et supports de sa conservation qui a conduit la HAAC à organiser ce séminaire qui s'inscrit dans la logique de la mise en œuvre de son plan stratégique », a-t-il précisé. Il a, par ailleurs, exhorté les participants, et partant les hommes de médias, à tout mettre en œuvre pour ne pas perdre le trésor documentaire des organes de presse qui doit être légué aux générations futures.

Ces assises de Kpalimé, sont le fruit d'une assistance de l'UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture). Secrétaire général de la Commission nationale de cette Organisation, Michel Koffi Agboh, a réitéré la disponibilité de sa structure à soutenir les projets de conservation du patrimoine documentaire mondial. Et d'après ses explications, c'est dans ce sens que l'UNESCO accompagne la mise en place prochaine à la HAAC d'un Centre de Documentation sur les Médias du Togo.

Il est à noter que le séminaire de Kpalimé sur la gestion et la conservation du fonds documentaire des médias au Togo est le deuxième du genre après celui organisé à Kara, il y a environ un mois, à l'endroit des professionnels des médias des régions Centrale, de la Kara et des Savanes.

Ce séminaire précède la tenue de mercredi à vendredi prochain, toujours à Kpalimé, de la première session ordinaire de l'année de la HAAC pour plancher sur les différents dossiers de demande de la carte de presse, de récépissé de déclaration de parutions nationales en mode écrit et en ligne, d'autorisation d'installation et d'exploitation de web radio et web télévision, de sociétés de production, d'agences de communication et de publicité.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.