Afrique: Coopération Burkina Faso/BAD - S'accorder sur les priorités du prochain document stratégique pays

Les différents acteurs ont été invités à avoir un regard critique sur la préparation du nouveau DSP 2022-2026.

La Banque africaine de développement (BAD) a lancé, conjointement avec le gouvernement burkinabè, une mission de préparation du rapport combiné d'achèvement de son Document stratégique pays (DSP) 2017-2021, de la revue de son portefeuille et du projet du prochain DSP (2022-2026), le lundi 19 avril 2021, à Ouagadougou.

La Banque africaine de développement (BAD) veut faire le bilan de ses interventions au Burkina Faso, au cours des cinq dernières années et dégager des pistes pour son action au pays des Hommes intègres pour les cinq prochaines années. C'est dans ce sens qu'elle a lancé, conjointement avec le gouvernement burkinabè, une mission de préparation du rapport combiné d'achèvement de son Document stratégique pays (DSP) 2017-2021, de la revue de son portefeuille et du prochain DSP (2022-2026), le lundi 19 avril 2021, à Ouagadougou.

Cette rencontre avec la BAD donne l'occasion d'échanger sur les questions de développement socioéconomique du Burkina Faso dans un contexte de crises sanitaire et sécuritaire qui ont impacté négativement le quotidien des populations, a indiqué la ministre déléguée chargée de l'Aménagement du territoire, Pauline Zouré. Faisant le bilan de la mise en œuvre du DSP 2017-2021, les deux parties semblent satisfaites des résultats déjà engrangés. « Nous avons un DSP qui a été mis en œuvre de manière très efficace. Nous avons pu mobiliser près de 400 milliards FCFA sur une bonne douzaine de projets », a souligné le responsable pays de la BAD, Pascal Yembiline.

Parmi les projets qui ont bénéficié du financement de son institution, il a cité, entre autres, la route communautaire CU2A Gounghin-Fada-frontière du Niger, la valorisation de la plaine de la Léraba, l'interconnexion électrique Nigéria-Niger-Burkina Faso-Benin, les productions et transports de l'énergie solaire dans le cadre de l'initiative Yeleen, les infrastructures d'eau et d'assainissement, la promotion de l'emploi. Pour ce qui est du prochain DSP pour la période 2022-2026, la ministre Zouré a souligné, que le rapport en cours d'achèvement va permettre de dégager les forces et les faiblesses et tirer des leçons afin de dégager des actions fortes au regard du contexte actuel pour le bonheur des populations burkinabè.

Dégager les domaines d'intervention

La ministre déléguée chargée de l'Aménagement du territoire, Pauline Zouré, a salué les résultats atteints par le DSP 2017-2021.

La préparation du DSP 2022-2026 constitue une opportunité de dialogue pour connaître les priorités du gouvernement burkinabè et les domaines dans lesquels il souhaite avoir l'accompagnement de la Banque. Pour ce faire, la BAD a réalisé une note diagnostique pays sur la situation socioéconomique, les défis, les contraintes et les opportunités les plus pressantes du pays. Les échanges et discussions issues de cette note vont permettre de dégager les domaines d'interventions prioritaires de la Banque africaine de développement au Burkina Faso.

Déjà, la ministre déléguée a décliné quelques priorités que la BAD pourrait prendre en compte dans son prochain document stratégique. Il s'agit, notamment, de l'accélération de la transformation numérique, du développement du capital humain à travers l'accès des populations aux services sociaux de base et de l'insertion socioprofessionnelle des jeunes et leur contribution à un développement économique et social durable. En tout état de cause, le Burkina Faso est disposé à opérer les réajustements nécessaires afin de permettre à son partenaire de produire un document en phase avec les réalités nationales, a conclu Pauline Zouré.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.