Bénin: Des organisations des droits de l'homme s'inquiètent d'arrestations « massives »

Des organisations des droits de l'homme et des partis d'opposition s'inquiètent la vague d'arrestations en cours dans le pays. Elles sont consécutives aux manifestations meurtrières de la période préélectorale qui ont fait au moins 2 morts civils et des blessés côté forces de l'ordre et manifestants. Chaque jour, la presse, les réseaux sociaux, les organisations des droits de l'homme alertent sur des cas de personnes arrêtées.

L'organisation pour la défense des droits de l'homme, les opposants de l'intérieur et surtout ceux en exil dénoncent « des arrestations massives arbitraires ». Les premiers déferrements ont commencé deux jours après les manifestations du 6 avril. Une vingtaine de personnes ont défilé devant le procureur spécial de la Criet. Aujourd'hui, il s'agirait d'une centaine de personnes selon plusieurs sources.

Selon les dénonciateurs, parmi ces personnes se trouveraient des activistes, des femmes, des forces de l'ordre et surtout les opposants, Joël Aïvo, Alexandre Hountondji, Joseph Tamégnon, l'ancien ministre Ali Houdou arrêté dimanche à Parakou et le fils d'un opposant en exil de passage à Cotonou.

En fin de semaine dernière, Sévérin Quenum, garde des sceaux a été interrogé sur le nombre d'interpellations. « Ce que nous faisons en ce moment est de permettre aux unités de police judicaires de retrouver les commanditaires, ensuite les auteurs de ces actes et leurs complices avant que nous puissions savoir qui a fait quoi et établir le bilan des arrestations », a-t-il répondu.

« Alerte danger au Bénin » lance l'Organisation pour la défense des droits de l'homme et des peuples qui appelle les organisations internationales au secours. Me Aboubacar Baparape, avocat, président de l'ODHP, parle de plusieurs dizaines de détenus, peut-être même jusqu'à 150.

Le but est de faire taire toute opposition, c'est-à-dire d'étouffer dans l'œuf toute tentative de manifestation, que ce soit par la population ou les leaders de la résistance, surtout que le motif d'inculpation pour tout le monde, c'est terrorisme.

Me Aboubacar Baparape, avocat et président de l'ODHP, l'organisation pour la défense des droits de l'homme et des peuples

François Mazet

Me Aboubacar Baparape souligne en particulier le durcissement des conditions de détention de Reckya Madougou, qui a ces derniers jours était selon lui « privée de toutes commodités dans sa cellule, et des visites et des vivres de sa mère ».

Une voix de la majorité réplique en ces termes : ceux qui sont arrêtés ont attaqué la République et devront en répondre

A La Une: Bénin

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.