Congo-Kinshasa: Afflux inquiétant de blessés par arme dans les hôpitaux de Beni et Goma

Hôpital de NDosho, Goma. Une infirmière du CICR réconforte un patient souffrant d'une fracture du crâne causée par une blessure par balle. Les chirurgiens du CICR ont opéré pour retirer la balle. (archive)
communiqué de presse

Goma (CICR) - A la suite de manifestations et autres violences survenues dans plusieurs localités du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a soutenu depuis le 14 avril dernier la prise en charge de plus de 120 personnes blessées à l'Hôpital général de référence (HGR) de Beni et à l'Hôpital CBCA Ndosho de Goma. Le CICR a aussi fourni du matériel médical à d'autres structures recevant des blessés.

Au 14 avril 2021, les équipes médicales soutenues par le CICR suivaient 51 blessées par arme hospitalisés à l'HGR de Beni dont 9 nouveaux cas liés aux récentes manifestations. 6 autres patients blessés dans des manifestations similaires étaient également pris en charge en dehors de la ville de Beni, à Butembo et à Oicha. A Goma, 36 nouveaux blessés sont arrivés entre le 12 et le 14 avril à l'Hôpital CBCA Ndosho. Ces personnes ont été blessées lors des violences survenues au nord de la ville portant ainsi à 68 le nombre total de patients hospitalisés.

« Actuellement, nous avons atteint nos limites en capacité d'accueil à l'HGR de Béni qui compte 43 lits et sommes presqu'à terme pour l'Hôpital CBCA Ndosho de Goma qui en a 74. Les équipes sont mobilisées depuis plus d'une semaine pour répondre à cet afflux », explique Kelnor Panglungtshang, chef de la sous-délégation du CICR à Goma. « Pour aider les hôpitaux, y compris l'hôpital de la PNC, à faire face au nombre croissant de patients, nous leur avons fourni du matériel médical et des médicaments additionnels. »

En plus du soutien aux structures médicales, le CICR reste attentif au respect de la mission médicale qui demeure cruciale dans de telles situations de violence. Pour rappel, le personnel et les structures de santé ainsi que les ambulances doivent être respectés et protégés ; toutes les mesures doivent être prises pour assurer aux blessés et aux malades un accès sûr et rapide aux soins appropriés.

Enfin, le CICR a été informé d'enfants ayant perdu le contact avec leurs familles durant les récentes épisodes de violence au Nord de Goma. Le CICR travaille avec la Croix-Rouge de la République démocratique du Congo pour évaluer les besoins et y répondre au plus vite.

Présent dans la province du Nord-Kivu depuis 1993, le CICR fournit protection et assistance aux victimes de conflits armés et d'autres situations de violence. Il appuie plusieurs structures médicales qui reçoivent et stabilisent les personnes blessées par arme. Les blessés les plus graves sont transférés à l'hôpital Bethesda CBCA Ndosho à Goma, où le CICR déploie un programme de chirurgie de guerre.

A La Une: Aide et Assistance

Plus de: ICRC

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.