Congo-Kinshasa: Best consulting - La création de la coordination présidentielle du digital, l'une des recommandations phares de la table ronde de Kinshasa

La table ronde qui s'est ouverte à Kinshasa, organisée par Best consulting les 13 et 14 avril au Roméo Golf, a été l'un des moments phares des discussions autour des enjeux de l'heure sur le numérique en République Démocratique du Congo.

Ce forum qui a réuni des experts en numérique a été organisé en quatre ateliers à l'issue desquels plusieurs recommandations ont été faites au Gouvernement de la RDC. La création de la coordination présidentielle du digital reste l'une des recommandations, phares pouvant donner au pays un tournant à travers le numérique. Plusieurs autres recommandations ont été formulées pour faire profiter à la RDC les avantages qu'offrent les Nouvelles technologies de l'information et de la communication au même titre que d'autres pays.

Ci-dessous, les recommandations de la table ronde sur le digital en RDC.

Réglementation, gouvernance et cyber sécurité

Etant donné que la RDC doit migrer vers l'économie numérique, il a été levé l'option que le Gouvernement porte le projet du code numérique. C'est-à-dire, les participants, à l'unanimité, ont souhaité que le pays soit doté du code numérique.

En rapport avec la Cyber sécurité

Voici les cinq recommandations prioritaires formulées par les experts : la protection du système d'information et des infrastructures critiques ; la lutte contre la cybercriminalité, le renforcement du cadre juridique et réglementaire, la promotion de la conscience numérique ; le développement de la compétence et de la culture en cyber sécurité et la coordination nationale et coopération internationale.

Gouvernance

Les experts de ce panel ont décidé la mise en place de la Coordination présidentielle du digital. Pour eux, l'urgence s'impose pour que le texte fixant son organisation et son fonctionnement soit adopté, signé pour qu'il soit mis en œuvre. Toujours dans ce panel, les experts ont proposé la création en urgence du cadre organique pour permettre au ministre de bien mener la politique dans le secteur du numérique.

Maximisation des recettes

Six recommandations ont été retenues, avec comme préalable l'existence d'une certaine réglementation et d'un registre national d'identification.

Informatisation tous azimuts afin de créer un support informatique pour l'extension du numérique.

Ils ont aussi pensé que la création des algorithmes qui pouvaient tracer les exportations et les importations pouvaient les aider à prédire d'avance quels sont les niveaux d'impôt qu'un opérateur économique devrait être à mesure de payer ; renforcer le programme d'éducation en numérique dans les écoles et universités.

Dans les assiettes et recettes fiscales, revoir le niveau d'impôt qui est attaché à la population et de le considérer en fonction de son pouvoir d'achat.

Mettre en place un livre de comptabilité centralisé.

Priorisation des actions

Les intervenants de ce panel ont priorisé le Plan national du Numérique, écrit en 2019 avec 68 projets. A ce jour, il y a environ une vingtaine de projets qui sont amorcés. Les experts ont, à cet effet, priorisé les 50 autres projets qui n'étaient pas encore amorcés. Dans le rapport à rendre au Gouvernement, une priorisation de 4 à 5 projets sera à faire.

En termes de stratégies, les experts renseignent que tout a été déjà tracé. Ils se disent cependant, être à la disposition du gouvernement pour apporter des résultats en décembre 2023.

Recherche des financements

Il s'agit des discussions autour de la mobilisation des ressources financières pour mettre en œuvre les projets prioritaires. Les experts ont formulé dix recommandations dont une adressée au Président de la République : créer rapidement la Coordination présidentielle du digital comme annoncée à la 53ème réunion du Conseil du Gouvernement et de s'assurer que tout ce qui peut être créé pour accompagner la transformation digitale soit placé sous son autorité.

«Au niveau du Gouvernement, nous avons recommandé d'adopter le principe d'une coordination intersectorielle et interinstitutionnelle du financement du programme et des initiatives de développement numérique», ont déclaré les panelistes de ce groupe.

Adopter le principe de financement à objet non désigné des ressources de base aligné aux objectifs du Plan national du Numérique ou par prévisibilité à long terme des projets prioritaires de développement du numérique.

Adoption du principe de l'évaluation du coût de la transition numérique, c'est-à-dire de l'ensemble des projets prioritaires;

L'élaboration et la validation d'une stratégie de mobilisation des ressources financières pour la mise en œuvre des projets prioritaires ;

Adopter le principe de la sécurisation du titre foncier et minier du promoteur de projet de transformation numérique au niveau national tout comme au niveau des collectivités territoriales pour permettre la levée des crédits bancaires au niveau national.

Disponibiliser des moyens pour l'élaboration des plans d'affaires des projets prioritaires avec des indices de rentabilité.

Mettre en œuvre les fonds d'accès universels prévus dans la loi sur les télécoms.

Adopter les stratégies du cadre de transformation vers la culture numérique et le cadre d'investissement qui a été proposé par l'Union internationale des télécommunications pour la mobilisation des moyens financiers pour la mise en œuvre des projets.

Adopter et imposer le cadre d'investissement proposé par l'UIT à l'administration pour la préparation des projets pour permettre la mutualisation des ressources.

Disponibiliser les moyens financiers pour la sensibilisation sur le plan national du numérique par toutes les parties prenantes qui sont appelées à s'en approprier.

Selon les participants, le projet RAM a une incidence négative sur l'épanouissement de l'écosystème numérique et ils pensent qu'il va falloir arrêter ce projet-là.

Réformer le cadre légal pour améliorer la fiscalité.

Registre national

Les discussions ont tourné autour du recensement scientifique, du recensement administratif et de l"identification. Il y a beaucoup de confusion qui se fait souvent entre les trois, ils ont essayé de clarifier les choses et consigner une fois pour toute que le recensement scientifique a une portée différente du recensement administratif. Et que le recensement scientifique relève plus du ministère du Plan alors l'administratif et l'identification relèvent du ministère de l'Intérieur. Les trois activités étant importantes, ils ont insisté que les trois devaient se faire. Parce que le Plan et l'Intérieur ont besoin des informations pour bien fonctionner.

Les experts ont passé en revue les différentes étapes. Dans la partie recensement ils ont a parlé de la cartographie, des campagnes publicitaires qui devraient être faites pour encourager la population et la faire adhérer.

Après le recensement scientifique, un fichier serait transmis au ministère de l'Intérieur et servirait de base pour démarrer l'identification. Avant le démarrage de l'identification, il y a déjà des activités qui seront planifiées et devront être exécutées par le ministère de l'Intérieur.

Pour l'identification ils proposent que toute personne qui est sur le territoire congolais soit identifiée. Congolais, étrangers (en situation régulière ou pas).

Pour les gens qui ont 15 ans, projection 18 ans en 2023, ils demandent que l'identification soit en plus biométrique, c'est-à-dire avec les relevés des empreintes, éventuellement rétinienne, la taille, la photo.

Ils ont également parlé du registre national, discuté de sa structure, et adopté un numéro à 13 chiffres.

Registre national de la population

Il s'agit de l'architecture des systèmes qui devait être mise en place, l'interfaçage entre la base des données avec les administrations publiques notamment les communes urbaines et rurales aussi. Recommandation d'une collaboration technique entre le ministère du Plan via l'INS et celui de l'Intérieur.

La construction des data center à des endroits différents et au besoin utiliser les infrastructures existantes pour un gain de temps, avec un système de back up recovery ; le développement des applications pouvant collecter des données ; la transmission en mode connectée ou déconnectée vu le problème de connexion Internet à travers le territoire national ; la mise en place d'un système de sécurité ; Nous proposons aussi d'équiper les administrations communales du réseau informatique et le matériel informatique ; un système de gestion de problème lié aux applications matérielles, l'utilisation et tout ce qui s'en suit ; la mise en place d'un système de communication entre le personnel lié dans le projet (emails et d'autres moyens de communication), la documentation de tout le processus durant toutes les phases du projet ; la mise en place de e-administration qui permettra avec la carte d'identité sécurisée on puisse avoir accès aux différents documents ; un accent sur la cyber sécurité, voir comment on va sécuriser nos systèmes, nos données... et enfin la protection des données de la carte d'identité avec une carte puce qui sera sécurisée, suivie des applications qu'on mettra derrière pour pouvoir mettre les gens en confiance.

Identité nationale

C'est le projet digital phare à ce jour en RDC. Près de 100 millions des Congolais doivent être identifiées et recensées. Quelle équipe mettre sur pied pour la réussite de cette opération ? Les experts ont formulé des recommandations en se basant sur l'éthique, la méritocratie et la compétence.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.