Libye: L'ONU appelle au retrait des forces étrangères et des mercenaires

Drapeau de la Libye

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté à l'unanimité, le 16 avril, à New York, une résolution qui appelle toutes les forces étrangères et tous les mercenaires à quitter la Libye, et a donné le feu vert à une équipe de l'ONU de surveiller l'accord de cessez-le-feu convenu en octobre 2020.

Lors du vote, les ambassadeurs ont également adopté à l'unanimité une résolution renouvelant les mesures relatives à l'exportation illicite de pétrole jusqu'au 30 juillet 2022.

L'accord de cessez-le-feu négocié par l'ONU l'année dernière a été signé par des représentants militaires du Gouvernement libyen d'accord national (GNA), internationalement reconnu, et par l'administration rivale de « l'Armée nationale libyenne » (ANL), basée dans l'est de la Libye.

L'accord de cessez-le-feu appelait également à la mise en place d'un mécanisme de suivi pour sa mise en œuvre, et les détails ont été précisés dans les propositions du 29 décembre 2020, soumises par le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, comme demandé par le Conseil.

En février, le Conseil de sécurité a envoyé une lettre au secrétaire général demandant qu'une équipe préliminaire soit déployée en prévision de la formation de la nouvelle équipe, sous l'égide de la Mission d'appui des Nations unies en Libye (MANUL), et demandant un rapport sur les travaux de l'équipe.

Ce rapport a été soumis au Conseil le mois dernier, et le chef de l'ONU a proposé la semaine dernière un déploiement par étapes pour l'équipe de surveillance du cessez-le-feu de la MANUL, qui nécessiterait un maximum initial d'environ soixante personnes, selon des détails relayés lors d'une conférence de presse à New York.

« Les observateurs seraient déployés à Syrte une fois que toutes les conditions d'une présence permanente auront été remplies, y compris, évidemment, les aspects sécuritaires, logistiques, médicaux et opérationnels. Et entre-temps, une présence avancée serait établie à Tripoli dès que les conditions le permettront », a déclaré le porte-parole du secrétaire général, Stéphane Dujarric.

Les observateurs de la MANUL et ceux de la Commission militaire mixte travailleront ensemble, a-t-il ajouté.

La résolution qui vient d'être adoptée, donne son approbation au plan de surveillance du cessez-le-feu du secrétaire général et note la nécessité d'un appui constitutionnel et législatif pour que le nouveau processus électoral libyen soit en place d'ici au 1er juillet, avant les élections législatives et présidentielle prévues le 24 décembre.

La résolution souligne que la Commission militaire conjointe du GNA et de l'ANL doit élaborer un plan plus large précisant comment le mécanisme de cessez-le-feu sera mis en œuvre et comment les observateurs de la MANUL pourront être déployés.

La résolution 2570 du mécanisme de surveillance exhorte également les Etats à soutenir l'accord de cessez-le-feu convenu en octobre, y compris le retrait, « sans délai », de toutes les forces étrangères et mercenaires de Libye.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X