Gabon: Les acteurs artistiques contestent et crient à l'injustice

Mécontent de la décision du gouvernement d'octroyer l'ancien bâtiment de l'Anpac au Conseil national du Plan d'Accélération de la Transformation, les acteurs artistiques se sont mobilisés le 19 avril dernier à Libreville afin de contester cette injustice.

Ils étaient nombreux devant l'ancien siège de l'Agence Nationale de Promotion Artistique et Culturelle situé à l'Ancienne Sobraga, afin de dire non à cette énième injustice à leur endroit. La décision du gouvernement de céder l'ancien siège de l'Anpac au Conseil national du plan d'accélération de la transformation est fortement contestée.

Lors d'une assemblée générale, les membres de la Fenasyca (fédération nationale des syndicats du secteur de la culture et des arts), du Cojac (confédération gabonaise des acteurs culturels), les artistes et les agents du ministère de la Culture se sont mobilisés pour dire « non à la spoliation immobilière du ministère de la Culture ». Ils souhaitent d'une seule voix « manifester et protester contre cette décision qui vient encore une fois ravir le peu d'édifice administratif culturel et artistique que dispose le ministère de la Culture ».

Ces acteurs culturels et artistiques souhaitent juste exercer leurs activités dans de bonnes conditions et ne pas réclamer à tout moment leurs droits aux autorités compétentes.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.