Afrique: Qu'est-ce que l'IDA ?

communiqué de presse

Qu'est-ce que l'IDA?

L'Association internationale de développement (IDA) est l'une des plateformes les plus importantes et les plus efficaces de lutte contre l'extrême pauvreté dans les pays les plus pauvres du monde.

L'IDA est la branche de la Banque mondiale qui aide les 74 pays les plus pauvres du monde et la principale source de financement des donateurs pour les services sociaux de base dans ces pays.

L'IDA entend réduire la pauvreté en fournissant des dons, des prêts à taux d'intérêt nul ou faible et des conseils stratégiques pour des programmes qui stimulent la croissance économique, renforcent la résilience et améliorent la vie des pauvres dans le monde.

Au cours des 60 dernières années, l'IDA a fourni environ 422 milliards de dollars pour des investissements dans 114 pays.

Comment l'IDA est-elle financée ?

Les partenaires de l'IDA et les représentants des pays emprunteurs se réunissent tous les trois ans pour reconstituer les fonds de l'IDA et examiner les politiques de l'IDA. La reconstitution se fait au moyen de contributions des donateurs de l'IDA, de contributions de la Banque mondiale et de financements provenant des marchés financiers.

Depuis sa création en 1960, l'IDA a procédé à 19 reconstitutions régulières. Le cycle actuel, appelé IDA19, a été reconstitué en décembre 2019 avec 82 milliards de dollars, dont 23,5 milliards de dollars provenant de donateurs de l'IDA.

En raison des pressions liées à la crise de la COVID-19, la Banque mondiale a concentré environ la moitié des ressources de l'IDA19 au cours du premier exercice (juillet 2020-juin 2021) pour répondre aux besoins de financement.

En février 2021, les représentants donateurs et des pays emprunteurs de l'IDA ont convenu d'avancer l'IDA20 d'un an et de raccourcir le cycle IDA19 à deux ans. L'IDA19 couvrira désormais la période juillet 2020-juin 2022, tandis que l'IDA20 couvrira la période juillet 2022-juin 2025.

Pourquoi une reconstitution précoce de l'IDA20 est-elle nécessaire ?

Le choc causé par la COVID-19 est plus profond, plus synchronisé et de plus vaste portée que tout autre dans l'histoire de l'IDA. Les besoins de financement sont urgents et resteront élevés dans les années à venir ; par conséquent, une reconstitution précoce de l'IDA20 garantira que les priorités de développement à court et à long terme n'en pâtissent pas.

Les pays IDA reculent rapidement, ce qui réduit à néant des décennies de progrès durement acquis, les problèmes existants étant amplifiés dans les contextes de fragilité et de conflit.

La pauvreté augmente, et la crise fait baisser les revenus et aggrave les inégalités. Les pays IDA ont perdu une décennie de progrès enregistrés en matière de mortalité maternelle et infantile. Les fermetures d'écoles aggravent la pauvreté d'apprentissage.

Les recettes publiques diminuent, les risques de fragilité, de conflit et d'instabilité augmentent et une crise alimentaire se profile dans environ un tiers des pays IDA. De plus, les vulnérabilités croissantes à l'endettement aggravent les problèmes auxquels sont confrontés les pays IDA.

Comment l'IDA aide-t-elle les pays à répondre à la pandémie de COVID-19 ?

L'IDA apporte un soutien sans précédent pour permettre à plus de 70 pays de se concentrer sur la riposte face à la pandémie et de préparer le terrain pour une reprise inclusive, durable et résiliente.

L'IDA a apporté une réponse rapide, ciblée et agile d'une ampleur sans précédent à la crise mondiale de la COVID-19, tout en accélérant les progrès concernant les engagements à plus long terme et en aidant les pays IDA à obtenir de solides résultats en matière de développement.

L'aide de l'IDA pour la période allant d'avril 2020 à juin 2021 devrait atteindre un montant de 50 à 55 milliards de dollars, consenti à des conditions très concessionnelles ou sous forme de dons et visant à sauver des vies, protéger les pauvres et les personnes vulnérables, créer des emplois, sauvegarder des entreprises et assurer une reprise plus résiliente.

Plus de la moitié des pays IDA actifs reçoivent déjà la totalité ou la moitié de leurs ressources IDA sous forme de dons, qui ne sont pas remboursés du tout. Les dons sont destinés aux pays à faible revenu présentant un risque plus élevé de surendettement.

L'IDA donne-t-elle la priorité à des secteurs spécifiques ?

Institution à enjeux multiples, l'IDA soutient une gamme d'activités de développement qui ouvrent la voie à l'égalité, à la croissance économique, à la création d'emplois, à des revenus plus élevés et à de meilleures conditions de vie. L'action de l'IDA porte sur l'éducation, la santé, l'eau et l'assainissement, l'agriculture, l'amélioration du climat des affaires, les infrastructures, l'inclusion et les réformes institutionnelles, entre autres.

L'IDA19 est axée sur cinq thèmes spéciaux : le changement climatique; les fragilités, les conflits et la violence; le genre; la gouvernance et les institutions; enfin, les emplois et la transformation économique. L'IDA19 intègre également quatre questions transversales : la dette, le handicap, le capital humain et la technologie.

L'IDA19 éclairera les priorités de l'IDA20 alors que l'IDA adapte son soutien aux pays en vue de les aider à accélérer la reprise et à reconstruire en mieux pour un avenir plus vert, plus résilient et inclusif dans le contexte de l'après-COVID.

Dans le cadre de la mise en œuvre de l'IDA19 et du processus de reconstitution de l'IDA20, l'IDA continuera de nouer des partenariats pour avoir un impact sur la réalisation du double objectif de la Banque mondiale, à savoir mettre fin à la pauvreté et stimuler une prospérité partagée, ainsi que des objectifs de développement durable.

Quel est l'impact de l'IDA ?

Le programme de l'IDA a réalisé de solides progrès par rapport à ses engagements et contribué à obtenir des résultats en matière de développement là où ils sont le plus nécessaires.

Au cours du cycle IDA18, l'IDA a fourni plus de 77 milliards de dollars, dont 49 milliards de dollars à l'Afrique. L'IDA a également consacré 23 milliards de dollars aux situations de fragilité et de conflit au cours de la même période (plus du double par rapport à la même période dans l'IDA17).

Pendant cette période, l'IDA a aidé des millions de pauvres dans le monde, dont 24 millions de personnes qui ont désormais accès à de meilleurs services d'assainissement et plus de 31 millions de personnes qui ont désormais accès à des sources d'eau de meilleure qualité. L'IDA a également vacciné 105 millions d'enfants, offert des programmes de protection sociale à 59 millions de personnes, fourni des services essentiels de santé, de nutrition et de population à plus de 281 millions de personnes, et recruté ou formé 6 millions d'enseignants.

Quels sont quelques exemples récents de l'action de l'IDA ?

Dans le contexte sans précédent des crises économique et sanitaire provoquées par la COVID-19, l'IDA a réagi avec rapidité, à grande échelle et avec sélectivité.

Voici quelques exemples de la manière dont l'IDA donne aux pays les moyens d'assurer une reprise résiliente :

En Afghanistan, les femmes sont sensibilisées aux risques de la COVID-19 et prennent des mesures pour assurer la sécurité de leurs communautés.

Au Cambodge, s'appuyant sur des années d'investissements dans le domaine de la santé, l'IDA a déboursé rapidement les fonds, ce qui a permis au gouvernement d'acheter dès le début des fournitures d'urgence essentielles.

Au Tchad, l'IDA, de concert avec des partenaires, a investi dans les infrastructures de santé et le recrutement de personnel médical et offert des transferts en espèces qui ont permis aux réfugiés de faire face aux difficultés économiques.

Au Pakistan, le gouvernement utilise la technologie pour assurer l'apprentissage pour tous, grâce à une chaîne de télévision aux contenus éducatifs.

Dans le Sahel -- où le changement climatique aggrave les effets de la COVID-19 - l'IDA met en place des initiatives de suivi, renforce les systèmes d'alerte rapide existants et offre des réponses ciblées en appui au secteur agro-pastoral.

En Afrique de l'Ouest, un projet de surveillance de la maladie remontant à l'époque d'Ebola a préparé les pays à faire face à une nouvelle crise sanitaire.

Au Yémen, l'IDA aide des millions de personnes à accéder aux soins de santé et à renforcer le capital humain du pays, malgré les incertitudes liées aux conflits et à la fragilité.

Et à travers le Bangladesh, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, le Libéria, le Nigéria, le Rwanda et l'Ouganda, le Guichet Secteur privé de l'IDA met des prêts pour fonds de roulement à la disposition des petites et moyennes entreprises les plus durement touchées par la COVID-19, afin de les aider à rester ouvertes.

CONTACTS

À Washington :

Patricia da Camara, pdacamara@worldbankgroup.org

Zeria Banda, zbanda@worldbank.org

Plus de: World Bank

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X