Congo-Kinshasa: Butembo - Olpa exige une enquête après une incursion à la RCP

L'organisation, qui proteste vigoureusement contre cette action ayant réduit la Radio communautaire pacifique (RCP) au silence, indique que ces actes constituent une entrave à la libre circulation de l'information.

L'organisation indépendante de défense et de promotion de la liberté de la presse, l'Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (Olpa), exige une enquête sérieuse après l'incursion armée dans les installations de la RCP, station émettant à Butembo, dans la province du Nord-Kivu. Tout en condamnant vigoureusement cette incursion ayant réduit ce média au silence ainsi que l'agression brutale d'un de ses techniciens, l'organisation indique que ces actes constituent une entrave à la libre circulation de l'information.

Pour Olpa, cette enquête « sérieuse » à mener doit permettre d'identifier les auteurs de ces actes afin qu'ils subissent la rigueur de la loi.

L'ONG rappelle que le siège de RCP a fait l'objet, le 16 avril, à 20 heures (heure locale), d'incursion d'un groupe d'individus non autrement identifiés, munis d'armes blanches et d'un fusil. Et de préciser que l'un des assaillants a prétendu vouloir récupérer un enregistrement de l'émission intitulée « Alpha Oméga » diffusée sur les antennes de ce média. « Il a alors tenté de ligoter Ousmane Kasereka, technicien de RCP trouvé sur le lieu. Face à la résistance de ce dernier, les autres membres de la bande ont assené plusieurs coups à Ousmane Kasereka, le blessant à la jambe droite et à son œil gauche. Ils ont emporté le matériel de la station (six ordinateurs, deux téléphones, des rallonges, des dictaphones... ), réduisant la radio au silence », a indiqué avec indignation et consternation l'Olpa. Le technicien, a souligné cette organisation, a été conduit d'urgence à un hôpital de la place pour des soins, peu après le départ des auteurs de l'incursion armée.

L'Olpa préoccupé par la santé d'un journaliste à Bukavu

L'organisation a également exprimé sa vive préoccupation sur l'état de santé de William-Pascal Boji, journaliste à radio Canal Futur, station privée émettant à Bukavu, province du Sud-Kivu.

A en croire cette association, le journaliste a été soumis à une bastonnade par des agents de la Police nationale congolaise (PNC/Bukavu) dépêchés, le 18 avril, au terrain Funu de Bukavu pour disperser un rassemblement populaire. « Alors qu'il effectuait son reportage sur un meeting organisé par un groupe de députés provinciaux signataires d'une motion contre le gouverneur de province du Sud-Kivu, Theo Ngwabidje, le journaliste a été subitement traîné au sol par des policiers qui lui ont administré plusieurs coups de poing et des pierres au niveau de la poitrine et du pied », a expliqué l'Olpa. Et de noter que la victime s'en est sortie avec de graves lésions à la poitrine alors qu'il a été conduit d'urgence dans un centre de santé pour des soins appropriés. L'organisation a également souligné que ses matériels de travail dont son téléphone et son dictaphone ont été endommagés puis perdus.

Déplorant cette situation, l'Olpa, qui condamne les mauvais traitements subis par un journaliste en plein exercice de son métier, fait savoir qu'il s'agit manifestement d'une atteinte grave à la liberté de la presse garantie par la législation congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l'Homme. « En conséquence, Olpa exige une enquête pour élucider les circonstances de cet acte afin que les auteurs soient sanctionnés conformément à la loi », fait savoir l'organisation dans un communiqué signé le 19 avril.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.