Afrique Centrale: Intégration sous-régionale - Les travaux de la route Congo-RCA-Tchad démarrent cette année

Mini-sommet des chefs d'État et de gouvernement de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL)

Sur les onze projets prioritaires définis par la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), en vue d'une intégration sous-régionale, cinq vont démarrer cette année. Il s'agit notamment de la route Congo-RCA-Tchad, dont le coût total est estimé à 955.453.183.616 FCFA.

L'annonce de la construction de cette route a été faite lors de la 13e réunion ordinaire du Comité de pilotage du Programme des réformes économiques et financiers de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (PREF-CEMAC), tenue récemment par visioconférence à Brazzaville, sous les auspices de son président, Gilbert Ondongo, ministre congolais en charge de l'Economie, de l'Industrie et du Portefeuille public.

L'objectif global du projet est de contribuer à l'efficacité du sous-secteur des transports routiers pour soutenir le développement économique et social ainsi que l'intégration régionale. Autrement dit, il s'agit d'améliorer le niveau de service de la chaîne logistique de transport sur cet axe pour transformer le corridor Pointe-Noire - Brazzaville - Bangui - N'Djamena en une route commerciale viable et améliorer les conditions de vie des populations de la zone d'influence.

Ce corridor de près de 3.300 km, disposant déjà des études technique, économique, sociale et environnementale détaillées ainsi que les dossiers d'appels d'offres, constitue une liaison directe entre Brazzaville-Bangui-N'Djamena. Il permettra également de relier trois capitales et fournir à la RCA puis au Tchad un accès à la mer (via Pointe-Noire au Congo) ou Matadi en RDC), additionner à celui de Douala (Cameroun).

En raison de l'ampleur du programme nécessitant la mobilisation d'importantes ressources financières, le développement de ladite route est programmé en deux phases. La CEEAC a retenu en priorité, la réalisation des travaux de construction et de mise à niveau d'environ 289 km au Congo, 312 km en RCA et 118 km au Tchad pour un montant d'environ 853,34 millions d'euros (soit 58,5% du coût total correspondant à environ 52% du linéaire).

Outre la route Congo-RCA-Tchad, les projets de construction d'une université commune Congo-Cameroun ; du barrage de Cholé (avec interconnexion électrique entre le Cameroun et le Tchad) ; de deux ports secs en mode Partenariat public-privé figurent également sur la liste des travaux qui seront lancés l'année en cours.

En Afrique centrale, la question des infrastructures relatives aux services de base (eau, énergie, télécommunications et transports) est au centre des préoccupations. Concernant le secteur des transports et surtout depuis l'adoption du Plan directeur consensuel des transports en Afrique centrale, la région entend se doter d'un système de transport intégré (tous les modes confondus) fiable et à moindre coût, favorisant la libre circulation des personnes et des biens, contribuant ainsi pleinement au processus de l'intégration économique et physique.

A La Une: Afrique Centrale

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.