Afrique: Mortalité exceptionnellement élevée et hôpitaux menacés de s'effondrer au Pérou, frappé par la Covid-19

communiqué de presse

Une nouvelle vague fatale de Covid-19 sévit au Pérou depuis plusieurs semaines, entraînant une surcharge des hôpitaux et des taux de mortalité élevés, alors que l'accès à la vaccination reste un défi majeur dans la réponse du pays à l'épidémie. Médecins Sans Frontières s'associe aux autorités sanitaires au nord de Lima pour renforcer la gestion de l'épidémie.

Une vague mortelle de Covid-19 submerge le Pérou, où les hôpitaux sont en proie à de grandes difficultés et manquent cruellement d'oxygène, tandis que les taux d'infection sont aggravés par la présence du variant P1, communément appelé variant brésilien. Selon les données de l'OMS[1], au cours de la première semaine d'avril, le pays, qui compte environ 33 millions d'habitants, a signalé une moyenne de près de 10 000 nouveaux cas et 300 décès par jour. Le nombre de décès a augmenté de plus de 50% par rapport à la semaine précédente. En conséquence, le pays enregistre désormais le taux de surmortalité le plus élevé au monde au regard de sa population[2]. Le personnel médical est déjà sollicité au maximum de ses capacités et même au-delà, les ressources en matière de soins intensifs sont insuffisantes pour répondre aux besoins. Ces problèmes sont exacerbés par l'accès limité à une vaccination pourtant indispensable alors que seuls 3% de la population ont reçu au moins une première dose. Ces divers facteurs empêchent le système de santé d'organiser une réponse appropriée à l'épidémie.

Suite à une évaluation menée plus tôt dans l'année, MSF a choisi de déployer une intervention d'urgence en collaboration avec les autorités sanitaires de la province de Huaura, au nord de Lima, où l'hôpital régional de la capitale, Huacho, manque cruellement de personnel face à l'augmentation du nombre de cas de Covid-19.

« Notre intervention répond à deux objectifs principaux », explique Jean-Baptiste Marion, chef de mission MSF. « Nous voulons contribuer à alléger la pression qui pèse sur l'hôpital de Huacho et le système de santé local grâce à l'ouverture d'un établissement annexe à l'hôpital, où nous pourrons traiter les patients Covid-19 et leur fournir de l'oxygène si nécessaire, afin d'éviter qu'ils n'atteignent un état critique. Aujourd'hui, un grand nombre de ces patients non-critiques se rendent à l'hôpital de Huacho, saturant l'établissement. Pour compléter cette activité, nous travaillons également avec les réseaux communautaires afin d'améliorer la détection rapide des cas, en cherchant à identifier les patients et à leur fournir le niveau de soins adéquat avant que leur état ne s'aggrave et qu'ils ne se retrouvent en situation critique. »

Les équipes MSF soutiennent également l'unité de soins intensifs de l'hôpital de Huacho, afin d'améliorer la prise en charge des malades et d'être présentes à toutes les étapes de la gestion du flux des patients. L'approche adoptée par MSF est centrée sur une structure hospitalière de 50 lits, en lien avec l'hôpital de Huacho et un réseau de centres de soins locaux. La moitié de ces lits sont équipés pour l'isolement sous surveillance clinique, tandis que l'autre moitié peut fournir de l'oxygène aux patients, y compris ceux dans un état grave.

Le pays a désormais atteint un total cumulé de plus de 1,7 millions de cas et de 57 000 décès[3]. Un problème majeur, constaté par les équipes terrain de MSF, concerne la réticence des populations à se faire soigner dans les hôpitaux lorsqu'elles commencent à présenter des symptômes, choisissant des cabinets privés (qui ne sont pas toujours adaptés pour offrir le niveau de soins requis) voire optant pour l'automédication. Les conséquences sur un système de santé dépassé sont dévastatrices. Dans de nombreuses villes, les habitants font la queue toute la nuit et dorment dans la rue afin de pouvoir remplir leur bouteille d'oxygène aux rares réservoirs en état de marche, dans l'espoir de pouvoir soigner leurs proches alités à la maison.

C'est pourquoi MSF s'associe aux activités de sensibilisation des autorités locales afin de s'assurer que les patients atteints de la Covid-19 dans la province soient identifiés le plus tôt possible et correctement orientés dès lors qu'ils cherchent des soins.

« L'amélioration du dépistage et de la gestion des patients est aujourd'hui une priorité », conclut Jean-Baptiste Marion. « Mais sans une accélération urgente de l'accès à la vaccination, il est difficile d'espérer une amélioration dans un avenir proche. »

[1] https://covid19.who.int/region/amro/country/pe

[2] Financial Times, "How excess deaths compare around the world since Covid-19 outbreaks began". La surmortalité est définie comme le nombre de décès au-dessus de la moyenne historique pour la même période.

[3] Ministère de la Santé : https://covid19.minsa.gob.pe/sala_situacional.asp

Partager sur Facebook

Partager sur Twitter

Partager sur LinkedIn

Partager par mail

Rejoignez Médecins Sans Frontières sur

Plus de: MSF

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.