Tunisie: La justice militaire ouvre une enquête sur les récentes déclarations de Rached Khiari

20 Avril 2021

La justice militaire a diligenté mardi une enquête sur les allégations faites par le député Rached Khiari, dans une vidéo publiée sur Facebook, où il accuse le président de la République Kais Saied d'avoir reçu des fonds de l'étranger (parties américaines) ayant multiplié ses chances d'accéder à la magistrature suprême.

Joint par l'agence TAP, Fawzi Daas directeur de la campagne électorale de Saied, a expliqué avoir été convoqué par le parquet en tant que témoin.

Daas a été cité par le député Rached Khiari qu'il l'a accusé d'avoir reçu des virements de l'étranger, affirmant détenir les preuves validant ses propos.

Daas avait affirmé la veille son intention de poursuivre en justice le député Rached Khiari, ancien membre de la Coalition Al Karama et proche du mouvement Ennahdha.

Dans la soirée de dimanche, le député a indiqué que la partie (américaine) qui aurait financé la campagne de Kais a fuité les documents après que ce dernier ait changé de camp en s'alliant avec les Français, selon ses propres dires.

Cette affaire intervient dans un climat de crise des prérogatives constitutionnelles entre d'un côté, le président de la République et de l'autre le chef du gouvernement et le président du parlement.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.