Burkina Faso: 22e edition de la journee nationale du paysan - Seulement 400 délégués attendus, Covid-19 oblige

Le gouvernement a tenu un point de presse, dans la soirée du 19 avril 2021, au Service d'information du gouvernement, à Ouagadougou. Au pupitre, s'est trouvé le ministre en charge de l'agriculture, Salifou Ouédraogo. Objectif : donner les grandes lignes de l'organisation de la désormais biennale, à savoir la Journée nationale du paysan (JNP) à Manga, dans le Centre-Sud. Pour cet exercice, Salifou Ouédraogo était accompagné du ministre en charge des ressources animales, Modeste Yerbanga et de la ministre déléguée, chargée de la recherche scientifique et de l'innovation, Maminata Traoré/Coulibaly. Pour cette seconde biennale après celle de Gaoua, en 2019, à laquelle 1500 délégués avaient pris part, cette année, ce sont seulement 400 délégués issus du monde paysan qui sont attendus dans la Cité de l'épervier, Covid-19 oblige.

Le 23 avril 2021, se tiendra la grande messe des hommes et femmes du monde agricole du Burkina Faso. La Journée nationale du paysan (JNP), puisque c'est de cette désormais biennale dans le paysage des rencontres entre acteurs dans bien de domaines qu'il est question. Un face-à- face entre les délégués des paysans et le chef de l'Etat, Roch Kaboré. Une tradition qui dure depuis plusieurs années, mais qui, au fil du temps, s'est métamorphosée. Pour donner de plus amples informations sur les innovations introduites à cette 22e édition et les préparatifs en cours, le ministre en charge de l'agriculture était face aux Hommes de médias, le 19 avril dernier, à Ouagadougou. Cette énième édition de la JNP se tiendra sous le thème : « Impacts socio-économiques des crises sécuritaires et sanitaires sur les secteurs productifs du monde rural : quelles stratégies de résilience ? ».

Le nombre de délégués a été réduit, Covid-19 oblige

En prélude à l'unique journée de cette biennale, le 23 avril prochain, qui sera consacrée aux échanges avec le président du Faso, « des foras régionaux ont eu lieu à l'effet de faire le point sur les doléances qui seront adressées au chef de l'Etat », a indiqué Salifou Ouédraogo. Pour lui, des ateliers sectoriels doivent se tenir le 21 avril prochain. « Ce thème traduit l'engagement des acteurs du secteur rural, à trouver des solutions d'adaptation et d'atténuation des contraintes sécuritaires et sanitaires pour l'essor du secteur agro-sylvo-pastoral, halieutique et faunique », a-t-il expliqué.

Le clou de cette énième JNP sera sans doute les échanges directs entre le président du Faso et les 400 délégués de paysans, suivis de la décoration « des acteurs méritants ». Ce nombre de délégués a été réduit, Covid-19 oblige. Selon le ministre en charge de l'agriculture, toutes les dispositions seront prises, notamment avec le concours du ministère de la Santé afin que les mesures- barrières soient respectées. « Le chapiteau qui sera érigé prend normalement 2 000 personnes. Mais ce seront les 400 délégués et les officiels qui occuperont cet espace. Il y aura des dispositifs de lavage des mains et tous les délégués seront munis de masques », a-t-il indiqué.

Toujours dans cette dynamique de respecter les mesures-barrières, le ministre Salifou Ouédraogo a laissé entendre ceci : « La foire agro-pastoral, halieutique et faunique regroupant habituellement des exposants des 13 régions du pays, est redimensionnée à une exposition des produits de la région hôte ». Au cours de ce point de presse annonciateur de la 22e JNP, le chef du département de l'agriculture a relevé que les paysans ont nourri l'espoir de voir des innovations être introduites dans cette activité. Ainsi, la consécration biennale de la manifestation et la création d'un Secrétariat exécutif sont des innovations apportées à la JNP, à en croire Salifou Ouédraogo. Mais qu'en est-il des recommandations issues de la dernière biennale tenue à Gaoua en 2019 ? Selon le ministre Ouédraogo, bien des recommandations ont été mises en œuvre (voir encadré).

Encadré

Voici quelques recommandations mises en œuvre à l'issue de la JNP tenue à Gaoua, selon le ministre en charge de l'agriculture

-La mise en place d'un programme d'urgence prenant en compte les régions de l'Est, du Nord, du Centre-Nord, du Sahel et de la Boucle du Mouhoun (PUS) ainsi que le Programme de renforcement de la résilience des communautés ;

-La réalisation de 16 comptoirs d'achats ;

-La construction de 500 infrastructures de stockage (conserveries de pommes de terre et d'oignons) ;

-La construction d'une chambre froide de 1600 tonnes ;

-La nomination d'un secrétaire exécutif de la JNP ;

-La réalisation de puits pastoraux ;

-L'accélération de la mécanisation de l'agriculture

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.