Sénégal: Alternatives au plastique - Le Directeur de l'Environnement salue l'adhésion des populations

Dakar — Baba Dramé, directeur de l'Environnement et des Etablissements classés, a salué, mardi, l'adhésion des populations aux solutions alternatives proposées pour remplacer le sachet plastique prohibé.

"Ce que nous voulons aujourd'hui, est de mettre en place un système de consigne, des éco organismes, améliorer les activités de collecte de ces produits plastiques, mettre en place un réseau dense qui tourne autour de la récupération et du recyclage, nous arriverons à réduire de manière substantielle, la pollution plastique", a-t-il déclaré.

M. Dramé s'expliquait au terme d'un échange avec les commerçants et utilisateurs de sachets plastiques prohibés, dans les marchés Sandaga et Tilène de Dakar.

"Nous avons jugé utile de faire le tour de ces marchés pour sensibiliser les commerçants sur la nécessité d'abandonner les produits prohibés ainsi, entamer l'utilisation de ceux autorisés par la loi", a dit M. Dramé.

"Nous célébrons la première année de l'entrée en vigueur de la loi 2020 du 08 janvier 2020 relative à la prévention et à la réduction de l'incidence du plastique sur l'environnement", a-t-il expliqué.

Depuis cette date, a-t-il indiqué, le ministère de l'Environnement en collaboration avec les forces de défense et de sécurité et l'ensemble des services concernés, est entré en action pour veiller à l'application effective de cette loi à travers le pays.

Les populations ont adhéré, un grand intérêt et un engouement sont sentis chez les populations qui ont compris les enjeux de cette loi, a-t-il salué.

"Les populations sont très réceptives mais, à côté, la disponibilité du matériel alternatif a été soulevée comme obstacle", a relevé le directeur de l'Environnement.

Il a fait noter que cette contrainte sera bientôt résolue car, beaucoup d'investisseurs ont compris qu'il y a une part de marché à prendre et ont décidé d'approvisionner le marché national.

Evoquant les alternatives au plastique, il a fait état de l'existence de sachets en tissu et ceux en papier. "Nous n'avons pas besoin d'une unité industrielle pour cela. Il suffit d'intéresser les tailleurs, et de les sensibiliser", a-t-il dit.

"Ce travail de sensibilisation et d'information va se poursuivre afin que les populations puissent comprendre les enjeux et les acteurs économiques vont s'engager également dans la production de ces alternatives aux sachets plastiques", a-t-il ajouté.

Selon Baba Dramé, "le président de la République avait donné des orientations très claires en manifestant la disponibilité de l'Etat à accompagner ceux qui souhaitent investir dans ce secteur".

"Nous estimons que ces acteurs qui souhaitent le faire seront accompagnés par l'Etat parce que ce sont des activités génératrices de revenus (...)", a fait valoir le directeur de l'Environnement.

Par ailleurs, il a fait noter que cette loi ne concerne pas seulement une saisie des produits plastiques mais promeut l'économie circulaire.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.