Burkina Faso: Coopération Suisse-Burkina Faso - Plus de 90 milliards F CFA pour un nouveau programme

Pour le chef du bureau de Coopération suisse au Burkina Jean-Michel Limat, ce nouveau programme accorde une attention particulière aux populations vulnérables.

La délégation du conseil de la fédération suisse, conduite par son président, Andreas Aebi, a présenté le nouveau programme de coopération au Burkina Faso d'un montant de plus de 90 milliards de F CFA, le lundi 19 avril 2021 à Ouagadougou.

Le budget du programme de coopération suisse au Burkina, prévu pour la période 2021-2025, passe désormais à environ 90 milliards 650 millions francs CFA. Il correspond à un budget annuel de 18 milliards 350 millions francs CFA, soit une augmentation de 15 % par rapport au programme précédent. L'information a été donnée par le chef du bureau de Coopération suisse au Burkina Faso, Jean-Michel Limat, au cours d'un cocktail dinatoire, le lundi 19 avril 2021 à Ouagadougou. Ce programme de coopération, selon M. Limat a la spécificité de contenir des programmes ayant une portée nationale et couvrant l'ensemble du pays avec un focus plus local, permettant une meilleure efficacité par rapport à des problématiques ciblées. Il s'agit des interventions répondant à un triple objectif général à savoir : la sauvegarde des acquis du développement, la réduction des souffrances et la réponse à l'urgence humanitaire et la promotion de la paix.

La Suisse, dans ce nouveau programme, a précisé M. Limat, maintient les mêmes domaines d'intervention que dans la stratégie précédente. « Le premier domaine est la gouvernance et la démocratie. A cette fin, elle s'engage à travailler davantage sur la cohésion sociale et le renforcement de la démocratie. La grande nouveauté dans ce domaine est que la Suisse s'engage dans un nouveau programme de gouvernance de l'artisan minier afin que ce secteur devienne un réel levier de développement pour les populations », a déclaré le chef du bureau de Coopération suisse. En ce qui concerne le deuxième domaine, il a cité l'éducation et la formation professionnelle. Pour ce qui est du troisième domaine, il s'agit du développement économique local.

Accent accordé à la lutte contre le changement climatique

La présentation du nouveau programme s'est faite en présence du président de l'Assemblée nationale Alassane Bala Sakandé (3e de gauche à droite).

« La Suisse œuvre à ce qu'une économie locale résiliente contribue à la sécurité alimentaire, à l'emploi et à des revenus durables. Un accent particulier est accordé à la lutte contre le changement climatique ainsi qu'au renforcement des mécanismes de résilience des populations face à ces derniers », a-t-il précisé. Quant au quatrième domaine, il est lié aux appuis macroéconomiques. A ce niveau, Jean-Michel Limat a assuré que son pays s'est engagé pour une mise en œuvre des politiques macroéconomiques cohérentes qui induisent une croissance économique soutenue et un développement inclusif.

Selon le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, représenté par la ministre déléguée chargée de l'Aménagement du territoire et de la Prospective, Pauline Zouré, l'expérience de la coopération entre le Burkina Faso et la Suisse qui date depuis plus de quatre décennies est un exemple illustratif de cette volonté de partenariat fructueux mettant en avant des relations d'amitié et d'entraide mutuelle, entre les deux peuples. A l'en croire, c'est l'exemple type d'une coopération bilatérale dynamique qui embrasse plusieurs secteurs de développement comme la gouvernance, la démocratie, l'éducation de base, la formation professionnelle, le développement économique local et la gestion macroéconomique.

« Je voudrais me féliciter des résultats obtenus avec les différents acteurs de mise en œuvre des projets et programmes de développement, dans le cadre des programmes de coopération et en particulier celui de la période 2017-2020 dont les axes d'intervention ont été alignés de façon pertinente sur les politiques de développement du Burkina Faso, présenté dans le plan national de développement économique et social 2016-2020 », a-t-il apprécié. Pour le président du conseil de la fédération suisse, Andreas Aebi, l'objectif de la politique extérieure de son pays au Burkina Faso est de bâtir sur les succès enregistrés en matière de développement, tout en affrontant les nouveaux défis et crises qui sévissent dans la région.

« La Suisse reste donc présente dans les moments difficiles qui, nous l'espérons, seront derrière nous très bientôt. Je veux citer la crise sécuritaire au Sahel et plus particulièrement au Burkina Faso avec son corollaire de crise humanitaire liée aux personnes déplacées internes et la pandémie de la COVID-19 », a indiqué Andreas Aebi.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.