Burkina Faso: Statuts particuliers métiers Fonction publique - Le SYNASEB dénonce un « saccage des carrières »

Le Syndicat national des secrétaires du Burkina (SYNASEB) a tenu un point de presse le mardi 20 avril 2021 à Ouagadougou. Objectif, se prononcer sur les nouvelles réformes adoptées par le gouvernement, en l'occurrence les statuts particuliers des différents métiers de la Fonction publique. A ce propos, les conférenciers ont déclaré que lesdits statuts ne visent pas une meilleure gestion des carrières, mais vont entraîner plutôt un « saccage des carrières ».

Si par l'adoption en Conseil des ministres le 24 mars 2021 des statuts particuliers des différents métiers de la Fonction publique le gouvernement entendait assurer une meilleure gestion des carrières des agents de l'Etat, cela n'est guère du goût des secrétaires qui, pourtant, relèvent de ce statut particulier. Ils l'ont clairement exprimé à l'occasion de la conférence de presse tenue par leur Syndicat. En effet, selon le syndicat national des secrétaires du Burkina (SYNAEB), ce statut particulier adopté vise « plutôt un saccage des carrières ».

D'après les conférenciers, cette lecture est justifiée au regard de la suppression de l'emploi d'attachée de direction, catégorie A de secrétariat, « sans aucune explication et sans prévoir dans quel emploi seraient reversés ceux qui exerçaient cet emploi ». Outre cela, ils ont soulevé une inquiétude : les agents des catégories C et B ne savent jusqu'à présent pas s'ils pourront postuler aux concours professionnels de cette année et dans quel emploi ils pourront le faire.

En tant que secrétaire général dudit syndicat, Bourama Ouattara a indiqué que les préoccupations des secrétaires ont été reléguées aux calendes grecques depuis la prise de fonction du ministre de la Fonction publique. Et face à cette situation qu'il a qualifiée au passage de désastreuse, le SYNASEB exige du gouvernement la poursuite des négociations sans conditions, la possibilité pour les secrétaires des catégories C et B de postuler aux emplois de leur choix sans les principes de diplôme ni de quota, le reversement des attachés/attachées de direction dans les emplois de leur convenance et l'instauration d'un dialogue franc et sincère entre le gouvernement et les partenaires sociaux. En tout état de cause, le syndicat dit se réserver le droit d'user de tous les moyens nécessaires pour atteindre ses objectifs.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.