Afrique: Lutte contre le SIDA - La nouvelle stratégie mondiale s'attaque à la prévention et à la riposte

La nouvelle stratégie mondiale de lutte contre le sida souligne la nécessité de lutter contre les inégalités d'accès aux services.

L'Onusida a adopté une nouvelle stratégie mondiale de lutte contre le sida, qui s'attaque à des questions en matière de prévention et de riposte au VIH que les gouvernements n'ont pas réussi à résoudre, selon ses défenseurs. Cette nouvelle stratégie quinquennale se fixe sur la lutte contre les facteurs sociaux et structurels (la stigmatisation et la discrimination, la violence à l'égard des femmes et les lois punitives criminalisant les homosexuels) qui empêchent les populations à haut risque d'accéder aux services.

Près de 100 pays continuent de criminaliser l'exposition au sida, la non-divulgation et/ou la transmission, et 48 pays bloquent l'entrée des personnes ou la résidence des personnes vivant avec le VIH, selon la stratégie. « Nous avons désespérément besoin d'une stratégie de réponse qui s'attaque à ces problèmes difficiles, et pour la première fois, nous avons une stratégie mondiale de lutte contre le sida qui fait vraiment cela », a déclaré Fionnuala Murphy, responsable de l'influence chez Frontline AIDS. « Nous savons quelles approches sont les plus efficaces. Ce sont des approches communautaires», a-t-il précisé.

Les approches centrées sur la communauté et sur le rôle des jeunes

La stratégie souligne la nécessité de lutter contre les inégalités d'accès aux services - entre et au sein des pays et des populations clés les plus vulnérables à l'infection. Elle met l'accent sur les approches centrées sur la communauté, l'utilisation de données granulaires, et appelle à la réaffectation des ressources des interventions de prévention du VIH moins efficaces. La stratégie met également l'accent sur le rôle des jeunes dans sa riposte. Pour les défenseurs, le prochain défi sera l'exécution de la stratégie. Ils espèrent que les gouvernements à la réunion des Nations unies sur le VIH et le sida en juin prochain la soutiendront et prendront des engagements financiers pour assurer sa mise en œuvre.

Ils espèrent également que les gouvernements appuieront la reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme en 2022, ainsi que le Fonds Robert Carr. La directrice exécutive de Santé GAP, Asia Russell, a appelé l'administration Biden à donner la priorité au PEPFAR. Alors que les infections ont diminué chez les jeunes femmes, le risque d'infection chez les adolescentes et les jeunes femmes en Afrique subsaharienne reste élevé. Les hommes vivant avec le VIH sont également moins susceptibles d'accéder au dépistage et au traitement que les femmes vivant avec le VIH. Cependant les enfants sont souvent laissés pour compte, selon la stratégie.

Les nouvelles directives éthiques pour modeler les essais de prévention du VIH

Seuls 53% des enfants vivant avec le VIH ont accès au traitement. Seulement 60% de nourrissons exposés au VIH sont testés pour le VIH à l'âge de 2 mois. Le nouveau document d'orientation vise à favoriser une recherche éthique, efficace, crédible et acceptable sur la prévention du VIH, mais pour les chercheurs, il pourrait mieux servir un objectif ambitieux car il reste inapplicable. « la mise en évidence des inégalités auxquelles sont confrontés les enfants vivant avec le VIH est l'un des grands changements dans la nouvelle stratégie mondiale de lutte contre le sida.

Outre les faibles niveaux de couverture du traitement, les enfants sont également confrontés à des retards dans l'obtention des résultats de leurs tests de dépistage du VIH », a déclaré Assia Russell. Les enfants représentent 5% des personnes vivant avec le VIH en 2019, et 14% de tous les décès liés au sida, selon l'Unicef. La nouvelle stratégie appelle à des investissements annuels dans la lutte contre le VIH dans les pays à revenu faible et intermédiaire pour atteindre 29 milliards de dollars d'ici 2025.

A La Une: Vih-Sida and Mst

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X