Madagascar: Prise en charge Covid-19 - Les formes graves non admises aux hôtels médicalisés

Des malades souffrants de la dyspnée ont été refoulés aux portes des hôtels médicalisées. « Nous ne pouvons accueillir que les malades atteints de la forme modérée du coronavirus. Les formes graves ont besoin de bouteille d'oxygène et d'un plateau de réanimation. Nous ne disposons que d'extracteurs d'oxygène », indique le responsable d'un hôtel médicalisé, hier. Les malades qui sont essoufflés doivent urgemment aller, soit, dans les hôpitaux, soit, dans les centres de traitement Covid-19 (CTC-19), selon les instructions des médecins.

Plusieurs patients se plaignent de la difficulté à trouver de place dans les hôpitaux et dans les CTC-19. Ils sont tous saturés, en cette période. « Ce sont vraiment les places pour les formes graves qui manquent, et non pas pour les formes modérées », confie un professionnel de santé dans un CTC-19. L'État a passé, cette semaine, une commande de deux mille bouteilles d'oxygène. Ce qui devrait augmenter la capacité d'accueil des patients atteints de la forme grave.

Les hôtels médicalisés intéressent plusieurs malades atteints de la Covid-19. Il n'a fallu que quelques jours pour que ces hôtels affichent complets. « Nous ne pouvons plus accueillir de nouveaux patients, pour le moment. Toutes les chambres sont occupées », souligne un responsable de l'hôtel le Pavé à Antaninarenina, hier.

Cela, malgré que l'hébergement y soit payant. 80 000 ariary la nuitée, la restauration non inclue. La durée d'hospitalisation dépend de l'état de santé du malade. Elle peut durer plus de dix jours. « Nous préférons rester ici, même si cela coûte un peu cher, que de nous trouver dans un CTC-19. Ici, on est tranquille, même s'il y a, parfois, une coupure de courant et une coupure d'eau », indique le proche d'un patient.

Le Live Hôtel à Andavamamba, l'hôtel le Pavé Antaninarenina et le Tsanga Tsanga hôtel à Analakely peuvent accueillir quatre vingt dix malades, en tout.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.