Madagascar: Education - Des écoles privées tentent le forcing

Des écoles privées ont continué à ouvrir leurs établissements scolaires, malgré les instructions de l'État concernant la fermeture de toutes les écoles et de toutes les universités, ainsi que la suspension des cours. Un parent d'élève d'une école confessionnelle à Ambohijanaka, dans la circonscription scolaire (CISCO) d'Atsimondrano, se porte témoin. « L'école de mon enfant continue à dispenser des cours », affirme ce père de famille, hier.

D'autres écoles privées à Andoharanofotsy et à Ambohimangakely auraient, également, ouvert leurs portes, lundi. « Des écoles à Andoharanofotsy ont encore accueilli des élèves. Cinq élèves étaient présents dans une salle de classe d'une école à Ambohimangakely, selon les informations recueillies », indique un autre parent d'élève. Un responsable d'une école privée confie que si leur établissement se ferme, les parents arrêteront de payer les frais de scolarité et ils ne toucheront pas de salaire. C'est ce qui les pousserait à demander la présence physique des élèves à l'école.

L'Office national des écoles privées (ONEP) a mis en garde les écoles privées qui tentent ce forcing. « Des mesures administratives seront appliquées », indique le directeur de l'ONEP, Marcellin Tsarasidy, lundi. « Nous allons retirer l'autorisation d'ouverture des établissements scolaires pris en flagrant délit et l'autorisation d'enseigner des enseignants qui tentent encore d'enfreindre les règles. Cette mesure peut être temporaire mais elle peut être définitive, aussi », rajoute Marcellin Tsarasidy. L'ONEP envisage d'effectuer des descentes inopinées dans quelques établissements scolaires pour vérifier et pour sanctionner les récalcitrants.

La fermeture des écoles et des universités a été prolongée pour une période de quinze jours, à compter du 19 avril. Le chef d'État a ordonné cette fermeture, pour éviter la propagation du virus dans les écoles et dans les universités.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.