Madagascar: Cimetière à Sabotsin'Ambatofotsy - Les riverains font appel au président de la République

Les contestations des riverains de Sabotsin'Ambatofotsy, ont continué hier.

L'enterrement qui devait se dérouler hier soir n'a pas eu lieu à cause des barrages des 'fokonolona'. Même les forces de l'ordre, qui étaient sur place, n'ont pas réussi à dégager la route. Les représentants des 'fokonolona' ont rencontré la maire de la commune de Tsiafahy hier, comme convenu, mais la commune a réitéré que ceci constituait une nécessité pour l'État. Elle ne pouvait donc pas intervenir face à cette situation. En outre, la maire a essayé de convaincre les riverains, hier soir, de laisser les agents de BMH procéder à l'enterrement aux lieux indiqués, mais en vain.

Les habitants de Sabotsin'Ambatofotsy n'ont pas accepté, depuis hier soir, et continuent leurs manifestations jusqu'à ce jour. En effet, ils ont lancé un appel au président de la République pour que celui-ci voit de près ce problème. « Nous n'accepterons jamais la mise en place de ce cimetière près de chez nous. Une lettre de doléance sera envoyée au président Andry Rajoelina et on espère qu'il considérera notre demande. En attendant, nous installerons un barrage pour éviter toute tentative d'enterrement ici », déclare d'un représentant du 'fokonolona'.

Simultanément, hier matin, des éléments de la région d'Analamanga étaient sur place pour observer le terrain en question. Ils n'ont pas rencontré les contestataires. Les riverains confirment que les autorités n'ont pas eu le temps de les recevoir. Pour le moment, l'État n'a pas encore donné sa version des faits sur une éventuelle nouvelle décision. Implanter les deux nouveaux cimetières est une mesure d'urgence qui a été initiée par l'État. C'est à cause de l'interdiction de sortie des dépouilles mortelles des zones en quarantaine que l'État a pris la décision de construire des cimetières de solidarité par district, selon le président de la République.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.