Madagascar: Société civile - Aristide Velompanahy tire sa révérence

Aristide Velompanahy est mort à Paris, hier à 13h. L'information est vite relayée sur les réseaux sociaux après l'annonce officielle de Fizafato Europe sur sa page Facebook.

En politique, son nom a beaucoup marqué les dernières années de la seconde République de Didier Ratsiraka. D'avril 1989 à août 1991, Aristide Velompanahy a été ministre de l'Enseignement secondaire et de l'Education de base, période durant laquelle il a lancé le projet Crédit de Renforcement du Système Educatif (CRESED) qui a insufflé des réformes au niveau du système éducatif du pays, son domaine de prédilection. Il a mis fin à sa carrière politique avec la chute du régime Ratsiraka en 1991.

Néanmoins, malgré son retrait de l'arène, Aristide Velompanahy n'avait pas réellement quitté la scène publique et était devenu un membre actif de la société civile en mettant ses compétences et son expérience à disposition et au service des actions citoyennes durant des décennies. Il a été membre de la coalition des organisations de la société civile. En 2009, son association s'est alliée avec le KMF-CNOE, le groupement des entreprises franches de Madagascar, ainsi qu'à l'alliance des organisations de la société civile. Il est également intervenu en tant que médiateur durant la crise politique de 2009.

Cette disparition d'Aristide Velompanahy a davantage assombri le ciel des organisations de la société civile. Ces dernières semaines ont été marquées par la disparition de grandes figures de la société civile. La disparition subite de Mahamoudou Ndriandahy le 30 mars 2021 a beaucoup attristé les militants citoyens. Puis celle de Parfait Randrianitovina qui est également décédé le 13 avril dernier. « Grande fut notre consternation car nul d'entre nous n'aurait imaginé que ce solide gaillard, simple et affable, disparaîtrait ainsi, et d'une façon aussi terrible », a réagi le Sefafi après la mort de ce dernier.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.