Madagascar: Filière bovine - Implication du secteur privé dans les réformes

Une meilleure identification et traçabilité du cheptel bovin s'impose.

La mise en place du nouveau système d'identification et de traçabilité de la filière bovine se précise.

Dénommé Livestock Identification and Trace-back System (LITS) ce projet pilote est destiné, comme son nom l'indique, à mettre en place un système d'identification et de traçabilité du bétail, plus précisément du cheptel bovin à Madagascar. Une première table ronde des acteurs privés de la filière bovine a été organisée hier en visioconférence.

Démarche consultative

Une occasion pour les acteurs d'identifier les préoccupations, et les priorités communes, ainsi que de proposer des pistes de réflexion dans le but d'améliorer le futur de la filière et sa pérennité. Cette démarche consultative constitue en tout cas l'une des spécificités de ce projet piloté par le ministère de l'Agriculture et de l'Elevage pour une meilleure gouvernance de cette filière qui joue un rôle déterminant dans le développement socio-économique du pays. En effet, cette étape primordiale permet de recueillir les avis de toutes les parties prenantes, de formuler une perspective commune et d'aboutir à un consensus indispensable à la mise en œuvre de la réforme.

Dialogue fructueux

La SFI du groupe de la Banque mondiale a joué le rôle de facilitateur de ce premier dialogue fructueux, qui a permis à tous de s'exprimer et d'aborder des thèmes beaucoup plus larges touchant la filière tels que: l'alimentation animale, le suivi sanitaire des cheptels, la vaccination, la gestion de l'eau et des ressources de manière durable, la préservation et l'amélioration des races bovines malgaches incluant la gestion actuelle de reproduction ciblée, la sécurité liée à la filière dans les localités pastorales, la compétitivité du label malgache au niveau international en cas d'exportation. En tout cas , cette table ronde a été une première réussie dans cette démarche qui va révolutionner la filière bovine. Une dizaine d'acteurs majeurs de la filière y ont participé. On peut citer entre autres les abattoirs, les coopératives et les vétérinaires privés. La réunion d'hier fait suite à la table ronde des acteurs publics qui s'est tenue le 13 avril dernier. C'était en tout cas une occasion pour le secteur privé de démontrer son implication dans les réformes de la filière bovine.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.