Angola: Malanje - La bourse des diamants débute en 2022

Malanje (Angola) — Le ministre des Ressources minérales, du Pétrole et du Gaz, Diamantino Azevedo, a réitéré le début des opérations de la bourse des diamants du pays, l'année prochaine, visant la commercialisation de ce minerai en Angola.

La bourse, dont le processus de mise en œuvre est en cours depuis 2019, fonctionnera comme le principal centre de vente de diamants produits dans le pays, sur la base de l'expérience de commercialisation utilisée dans d'autres pays et remplacera la Société de Commercialisation de Diamants d'Angola (Sodiam).

Le dirigeant a fait cette annonce lors d'une réunion avec les opérateurs miniers de la province de Malanje, qui visait à évaluer le niveau de fonctionnement et d'organisation des sociétés minières.

Diamantino Azevedo a dit que la Sodiam cesserait d'exister pour donner place à la bourse, mais le modèle idéal pour sa mise en œuvre est toujours à l'étude, ajoutant que le marché étranger continuera d'être le lieu de vente du diamant.

Selon lui, l'objectif du ministère est de créer des usines de taille de diamants dans les provinces où il y a l'activité productive de cette ressource, en vue de faciliter son transport vers Luanda.

«Nous avons commencé par la construction d'un pôle pour l'usine de polissage à Saurimo, où toutes les conditions sont créées pour que 26 usines de polissage puissent être installées, mais l'idée est que des industries émergent également à Malanje», a-t-il souligné.

Il a également indiqué qu'une étape majeure avait été franchie pour transférer le siège de l'Endiama de Lunda sul à la province de Lunda Norte, dans le but de rapprocher l'entreprise des zones d'exploration et de rendre le groupe autosuffisant dans la production de diamants.

Concernant la réunion, Diamantino Azevedo a conclu qu'il était nécessaire que les coopératives de diamants se conforment aux dispositions établies dans la législation minière et dans sa réglementation sur l'exploitation semi-industrielle des diamants, sous peine de violer les politiques de commercialisation.

Il a appelé les coopératives à s'organiser de manière commerciale, à légaliser, à payer des impôts et à respecter la réglementation et toutes les procédures d'exploration des diamants, ayant averti que l'État ne serait pas responsable de ces anomalies et qu'il ne financera pas les projets coopératifs.

À son tour, le gouverneur de Malanje, Norberto dos Santos «Kwata Kanawa» a déclaré que le gouvernement travaillera avec le secteur public-privé pour mettre en place une usine de taille de diamants dans la province, afin que les exploitants miniers cessent d'aller à Luanda à la recherche de ce service.

Il a également demandé au ministère des Ressources minérales, du Pétrole et du Gaz de prospecter à Malanje, pour la découverte de mines de diamants, notamment dans la région de Baixa de Cassanje.

Dans l'entre-temps, les opérateurs miniers ont demandé à l'Exécutif d'intercéder auprès de la Banque pour augmenter une ligne de financement pour des projets privés de diamants, ainsi que la création de maisons de vente de diamants pour répondre à leurs besoins.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.