Congo-Brazzaville: Agro-industrie - Démarrage imminent de l'usine de montage de tracteurs Yto

Sur le site de la zone industrielle de Maloukou, à environ 60 km nord de Brazzaville, seront assemblés les tracteurs destinés à la production agricole locale et à la commercialisation. Dans la société mixte Éco-Camaco, créée en septembre 2019, l'État congolais détient 30% du chiffre d'affaires, 30% pour l'entreprise Eco Oil et 40% pour la société chinoise Yto Camaco.

Depuis son lancement en marge du Forum Investir en Afrique que Brazzaville a accueilli, du 10 au 12 septembre 2019, l'Éco-Camaco n'a pu démarrer le montage des tracteurs tel que prévu dans le cadre du partenariat public-privé. L'usine devrait produire pas moins de deux cent cinquante tracteurs par mois, dont une cinquantaine de tracteurs Yto de 60 à 120 CV réservée pour les travaux de terrain, notamment sur d'autres sites d'Eco Oil à Owando, Nkayi, Itoumbi et Mokeko.

Le projet pourra connaître un coup d'accélérateur au cours de cette année, à en croire l'engagement du chef de l'État pris le 16 avril lors de sa cérémonie de prestation de serment. Il a prôné le développement d'une agriculture modernisée grâce au déploiement de nouvelles techniques et de matériels plus performants.

« Cette ambition d'indépendance alimentaire sera créatrice d'emplois pour les jeunes qui participeront activement, non pas à l'agriculture traditionnelle, mais à une agriculture modernisée et mécanisée, au rendement efficace et au potentiel infini, intégré dans les échanges régionaux et mondiaux. (... ) Il en sera ainsi avec l'usine de montage des tracteurs, qui devrait très vite démarrer ses activités dans la zone économique industrielle de Maloukou, elle-même appelée à être opérationnelle dès l'année prochaine », a déclaré Denis Sassou N'Guesso.

Pour un meilleur rendement de la chaîne de montage mixte, il est prévu la formation de dix techniciens machinistes à la maison Yto de Luoyang (Chine) pour une durée de deux mois, afin de coordonner les onze postes de montage des tracteurs. L'installation de l'usine va également contribuer à réduire la pénibilité de travail chez les producteurs locaux et à accroître les investissements dans des filières retenues dans le cadre du Plan national de développement agricole (2018-2022).

La montée en puissance des entrepôts de l'Éco-Camaco dépend en partie de la relance de la zone industrielle de Maloukou, car les contrats conclus entre les partenaires congolais et chinois prévoient également des investissements dans la fourniture de l'électricité et la réhabilitation des installations essentielles.

Il faut savoir que le complexe industriel de Maloukou fait partie de la zone économique spéciale de Brazzaville. Les opérateurs qui vont y investir bénéficieront des avantages fiscalo-douaniers qu'offre le régime des zones économiques spéciales au Congo.

A La Une: Agroindustrie

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.