Cameroun: Reconnaissance - Nkotti François dit merci

L'artiste a été reçu par le maire et ses collaborateurs lundi pour une dédicace de son autobiographie.

Nkotti François a 70 ans d'existence, 50 ans de carrière musicale et 51 ans de vie à Douala. Une cité où il a débarqué en 1970 à l'âge de 19 ans, venant de son Souza natal, avec un rêve en tête : réussir dans la musique. Plus d'un demi-siècle plus tard, le rêve s'est réalisé. Plus que cela, Nkotti François est devenu « un monument de la culture camerounaise », parole du Dr Roger Mbassa Ndinè, maire de la ville de Douala. C'était lors d'une cérémonie d'hommage à la Communauté urbaine de Douala ce 19 avril 2021. Cérémonie au cours de laquelle l'artiste a dédicacé le livre autobiographique sorti à l'occasion de la célébration de son cinquantenaire musical, « On m'appelle Desto ». Livre qui s'accompagnait d'un coffret audio et vidéo.

« La ville de Douala m'a donné beaucoup d'ouvertures. Et il était important que je vienne à la rencontre de cette ville qui m'a accueilli », a expliqué « Destopeleire ». Il a ainsi fait un bond dans le passé pour raconter son arrivée sur les berges du Wouri en 70. Son premier métier dans cette nouvelle ville pour lui, c'était barman. Il tenait une petite vente-à-emporter au niveau de ce qu'on appelle aujourd'hui immeuble Hogmeni à Bali. Il n'y vendait pas que de la boisson, il y dormait aussi.

Ensuite, dès 1971, Douala a symbolisé ses débuts professionnels dans la musique à travers les cabarets : Oryx Bar, Mermoz Bar, Davum Bar, Mont-Cameroun Bar, Joie d'Eté, Mungo River, etc. Au final, Douala aura été la ville de tous les succès de Nkotti François, non seulement en tant qu'artiste, mais aussi comme promoteur culturel. A Douala, il a lancé le concours national de la chanson, la foire musicale pour la prévention et la sécurité routière de Sombo et surtout le festival Fomaric, qui dans deux ans fêtera sa 30e édition.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.