Centrafrique: L'UA et les Nations unies appelées à s'investir pour y ramener la paix

Les chefs d'Etat de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIGL) se sont réunis, pour la seconde fois à Luanda, en Angola, le 20 Avril, pour statuer sur la situation politique et sécuritaire en République centrafricaine.

Le mini-sommet a été convoqué par le président angolais, João Lourenço, en sa qualité de président en exercice de la CIRGL. Il a réuni plusieurs chefs d'Etat de la sous-région, parmi lesquels le Congolais, Denis Sassou N'Guesso, président en exercice de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC).

Après avoir salué l'esprit d'ouverture du président de la République centrafricaine, Faustin Archange Touadera, ainsi que les concertations initiées pour un dialogue avec les forces vives de la nation et les institutions du pays, les chefs d'État et de gouvernement ont également noté qu'une évaluation a été menée afin de « revitaliser l'Accord politique pour la paix et la réconciliation(APPR), négocié à Khartoum, qui demeure le socle de référence dans la recherche d'une solution durable à la crise centrafricaine et constitue ainsi l'instrument de promotion de la paix ».

Le sommet a réaffirmé le mandat donné aux présidents en exercice de la CIRGL et de la CEEAC, « d'entreprendre les démarches nécessaires auprès du Conseil de sécurité de l'ONU pour un soutien affirmé au plaidoyer de la République centrafricaine sur la levée de l'embargo sur les armes ».

Par ailleurs, les participants ont décidé de l'engagement des chefs d'Etat et de gouvernement ainsi que des partenaires internationaux à l'accomplissement de la paix, la stabilité et la sécurité dans ce pays, dans l'esprit de la feuille de route du dialogue républicain; mener un travail approfondi avec la République centrafricaine sur la coopération transfrontalière, « en vue d'étudier les mécanismes pouvant permettre une plus grande capacité de contrôle sur son territoire ». Aussi ont-ils relevé l'importance du soutien de la communauté internationale aux efforts régionaux pour la paix et la stabilité en Centrafrique, notamment dans la mise en œuvre de l'APPR-RCA.

Au regard de l'évolution de la situation politique et sécuritaire en République centrafricaine, les chefs d'État ont réitéré leurs félicitations au président Faustin Archange Touadera pour les efforts accomplis ainsi qu'à la Minusca et aux pays qui ont apporté « un soutien salutaire à la République centrafricaine ». Ce dernier s'est engagé à tenir informé les chefs d'Etat et de gouvernement des conclusions des concertations en cours et de l'avancée du processus de paix initié.

Plusieurs autres recommandations allant dans le sens du retour définitif de la paix, la stabilité et la sécurité dans ce pays ont été formulées. Entre autres, la demande des dirigeants africains à la communauté internationale, en particulier et à l'Organisation des Nations unies, « de s'associer aux efforts régionaux visant à apporter un soutien aux efforts initiés par la République centrafricaine, en vue de revitaliser l'APPR-RCA, afin d'en faire respecter les engagements et les principes tels que le non à l'impunité et l'adhésion au programme de DDRR ».

Suite au décès du président tchadien, Idriss Déby Itno, les chefs d'Etat et de gouvernement ont exprimé leurs sentiments de profonde tristesse et ont présenté leurs condoléances au gouvernement et au peuple tchadiens, ainsi qu'à sa famille biologique.

Revenant sur les élections présidentielles qui se sont déroulées en RCA et en République du Congo, les chefs d'État ont tour à tour félicité leurs homologues Faustin Archange Touadera et Denis Sassou N'Guesso pour leur réélection, et leur investiture respective. Au président centrafricain, ils l'ont encouragé à poursuivre ses efforts pour « la restauration de l'autorité de l'Etat sur tout le territoire centrafricain en faveur de la paix et du développement socioéconomique de la République centrafricaine ».

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.