Libye: La production de pétrole à l'arrêt après le rejet du budget national

En Libye, la Compagnie nationale du pétrole a décrété l'état de force majeure après l'interruption de la production et de l'exportation sur l'un des principaux terminaux pétroliers dans l'est du pays. Cette fois, ce n'est pas la conséquence de combats qui font rage, ou de grèves, mais l'absence de budget qui fait enrager les opérateurs des sites pétroliers.

Le budget national libyen tarde à être voté, il a été rejeté mardi par la Chambre des représentants, la même chambre qui a donné sa confiance au nouveau gouvernement d'union nationale le mois dernier. Il a désormais 10 jours pour revoir sa copie et proposer un nouveau budget.

Cela ne fait qu'exacerber la querelle déjà ancienne entre le président de la compagnie nationale du pétrole Moustafa Sanallah et le gouverneur de la Banque centrale Sediq al-Kabir, qui garde depuis des mois les cordons de la bourse bien serré. Le patron de la compagnie du pétrole se plaint notamment de n'avoir reçu que 2% des besoins de sa structure, pourtant tentaculaire, cette année. À Hariga, c'est une de ses succursales qui crie famine; incapable de se fournir en pièces de rechange.

Décréter l'état de force majeur, cela permet à la Compagnie nationale du pétrole (NOC) de s'exonérer de sa responsabilité juridique vis-à-vis de ses clients, mais cela douche les espoirs de reprise massive de la production.

En attendant que les tractations politiques se dénouent et aboutissent à un budget, le patron de la NOC drague les « majors » du pétrole. Mercredi, il rencontrait notamment le PDG de Total à Tripoli. En visite en Libye pour s'assurer de la bonne marche d'un contrat signé en 2019, Patrick Pouyanné a promis d'aider à la maintenance et au développements des sites où il est présent en Libye.

A La Une: Libye

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.