Sénégal: Diourbel / Célébration de la journée du talibé - Don de kits alimentaires et de matériel informatique

L'ONG «Ndeyi Jirim» a organisé la Journée du talibé hier, mardi 20 avril dans les locaux du Conseil départemental de Diourbel. Cette journée a été une occasion pour cette organisation d'offrir des kits alimentaires, du matériel informatique et des téléviseurs pour accompagner les talibés à améliorer leur condition de vie et d'apprentissage.

L 'ONG «Ndeyi Jirim» a offert, à l'occasion de la Journée du talibé, des kits alimentaires, du matériel informatique et des postes téléviseurs, pour une valeur de plus de 4 millions, à des «daaras» de Diourbel. L'objectif visé à travers ce geste, c'est d'améliorer les conditions de vie et d'apprentissage des enfants talibés. Ce lot de matériel peut être utilisé, selon Omar Sy, le Directeur exécutif de l'ONG «Ndeyi Jirim», à des fins pédagogiques ou récréatives par les maîtres coraniques ou les enfants talibés. «On les a doté d'ordinateurs pour qu'ils puissent s'initier à l'informatique».

La célébration de cette Journée du talibé a été également une occasion pour les services techniques, les «Borom Daara» et les autorités administratives de discuter de la loi sur les daaras. «Il s'agit d'une journée pour les talibés et non contre les talibés parce que la plupart des organisations de la société civile organisent des journées des talibés tout en dégradant tous les acteurs qui gravitent autour du daara à savoir le Serigne daara, le talibé et le Ndeyi daara», a déploré Omar Sy.

Il s'agit, selon l'ONG «Ndeye Jirim», «de valoriser le talibé et l'ensemble des acteurs qui gravitent autour du daara. Tout ce qui se fait au niveau du daara n'est pas négatif. Il y a des choses positives qu'il faudra valoriser. Il faut diagnostiquer le mal par la racine et voir comment apporter une solution. Nous nous inscrivons dans la dynamique d'améliorer les conditions de vie et d'apprentissage des enfants talibés, à travers le projet PAP 2.» La thématique développée a trait à la modernisation des daaras et des difficultés rencontrées dans l'adoption de la loi sur les daaras. «Il y a certes une majorité qui s'est dégagée, mais il y a quelques maîtres coraniques qui sont réticents. Il faut les amener à rejoindre le groupe ; quitte à revoir le contenu (de la loi)», a relevé Omar Sy.

L'adjoint au préfet de Diourbel, Amacodou Sy, indique que le gouvernement est dans cette dynamique pour l'adoption du projet de loi sur les daaras. «Il y a eu plusieurs rencontres entre le gouvernement et les acteurs. Et donc un accord avait été trouvé pour que ce projet puisse être déposé à l'Assemblée nationale pour être voté. Il y a certes des lenteurs, mais c'est l'administration qui marche ainsi. Ce sont ces lenteurs que la rencontre d'aujourd'hui a constaté et demande que plus de diligence soit apportée au vote de cette loi. Le vote de cette loi mettra fin aux difficultés des enfants talibés», a conclu Monsieur Sy.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.