Sénégal: Kaolack / Demarrage de la campagne de mise en place des semences - Une partie des opérateurs clame son satisfecit

La campagne de commercialisation agricole qui vient de mettre fin à ses activités a aussi été clôturée dans la polémique. Même si à présent les orientations convergent le plus souvent vers la mise en place des semences, le débat autour de la production obtenue pendant la saison 2020/2021, les méthodes à prendre dans la distribution des semences, la qualité de ces semences et autres centres d'intérêt se poursuivent encore sur le terrain.

Lors d'une rencontre avec la presse, un groupe d'opérateurs dirigés par le responsable de la communication à la Fnosp/t El Hadji Ibrahima Dieng dit "Baye" a prétexté le tirage de bilan de la précédente campagne pour faire le compte rendu après plus de 133 jours de transaction commerciale.

Pourtant, depuis Vendredi 12 Avril dernier, les notifications pour investir et orienter les opérateurs ont commencé à être distribuées. Et bon nombre de ces opérateurs ne tardent pas à manifester leurs adhésions aux dispositions ministérielles nouvellement prises pour l'animation de cette campagne. Surtout lorsqu'ils ont vu défiler les opérations de distribution des notifications dans une période où rien n'était encore mis sur place. Pour ces opérateurs, ce n'est qu'au niveau des unités industrielles où l'on a pu déceler les cas d'échec enregistrés cette année. En un moment de la campagne, le ministre avait pris l'initiative de fermer le marché étranger afin de permettre aux usines de s'illustrer. Ce qui était peine perdue car ces unités ont refusé d'accroître les 250 frs qu'elles proposaient et se trouvaient phagocytées par les 300 frs rendus par les exportateurs.

A l'arrivée, la plupart des sociétés industrielles n'ont pu atteindre leurs objectifs en terme de collecte et peineront à trouver leurs matières premières ailleurs en dehors du territoire national. Pour dire simplement que pour cette année, la mise en place des semences et intrants se fera en temps réel afin d'offrir aux paysans le maximum de temps pour se préparer et obtenir les graines les plus et mieux convoitées pour une bonne réussite de l'hivernage. Mais le plus pertinent, selon la tête de file de ce groupe de producteurs, reste à reconnaître les efforts considérables fournis cette année par le Ministère de l'Agriculture et de l'Équipement rural (Maer) pour mettre en place un poids de 105.933 tonnes de semences dont 79.989 tonnes de semences certifiées pour la couverture longitudinale de cette prochaine campagne.

Un geste qui, de leur avis, illustre encore une fois l'existence du 1,8 million de tonnes obtenues cette année en arachide comme production record. Même si certains restent encore fixés sur le 1,4 million de tonnes qu'ils attribuent au Sénégal concernant la saison 2020/2021, les opérateurs du bassin arachidier estiment que certains parmi leurs frères producteurs et opérateurs n'ont pas tenu compte d'un certain nombre de paramètres avant de fournir des statistiques. C'est en effet l'exemple de la vente à négocier en vert.

Autrement dit, les ventes et spéculations opérées avant l'ouverture officielle de la campagne où le producteur peut vendre une partie de sa production à vil prix sans se rendre compte des pertes qu'il encourt. Mais également la production absorbée par les centres de décorticage, et les unités de presse locales exploitant chaque année plusieurs milliers de tonnes d'huile en vrac. A ces statistiques s'ajoute le marché de Touba qu'on n'a jamais pu contrôler. C'est-à-dire connaître à peu près le volume de ses importations.

Ainsi pour ces opérateurs, le marché sénégalais a collecté cette saison 674.566 tonnes d'arachides. Soit un volume de collecte excédentaire à 200.000 tonnes que lors de la précédente saison et de l'an 2012 où seules 35.000 tonnes ont été obtenues. Ainsi dans les comptes et décomptes, 200 Milliards ont été injectés sur un marché où aucun bon impayé n'a été enregistré quelque part sur les différents centres de tournage.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.