Tchad: Portrait - Mahamat Kaka, un déby pas comme les autres

Agé d'une trentaine d'années, Idriss Deby dit Mahamat Kaka a fait ses classes dans l'armée tchadienne. On notera au passage que son nom Kaka révèle du fait qu'il soit un enfant naturel, Mahamat, «fils de sa grand mère».

Son père, un homme brave qui était dans l'armée tchadienne et a fait la guerre contre la Libye, est décédé dans un accident de circulation. Mahamat Kaka est d'ethnie Gorane et pas Zaghawa comme Idriss Deby. C'est par pire hasard que leurs chemins se sont croisés. C'est en visitant une caserne que le président Deby le rencontre et le reconnait car il est le portrait craché de son défunt père. Il lui propose de l'adopter et il en fait son fils.

D'adjudant, il en fait un Général et le met à la tête de la Garde présidentielle. Après une brève formation aux États Unis, il est envoyé à la tête du contingent tchadien au Mali. Il va s'y révéler comme un bon militaire, courageux et ayant le sens du commandement. Mais cela ne suffit pas pour être à la tête d'un État et le gérer. En tout état de cause, la disparition brutale de Deby l'a propulsé au devant de la scène même si ce n'était pas dans les schémas initiaux de ce dernier qui avait créé le poste de Vice-Président en novembre 2019 et voulait nommer son fils Abdelkerim Idriss Deby, actuellement directeur de cabinet de son défunt père. Il est évident que ce choix porté sur ce jeune homme totalement inexpérimenté pour les questions étatiques a été approuvé par la France vu e communiqué du Quai d'Orsay.

La mort de Deby est une vacance du pouvoir et par conséquent, c'est le président de l'assemblée nationale M. Haroun Kabadi qui devait assurer l'intérim et organiser de nouvelles élections. Ce coup d'état militaire de facto organisé par le fils, n'obtiendra pas l'assentiment des autres enfants et membres du clan installé dans l'appareil militaire et contrôlant les secteurs

économiques du pays. A savoir le fils aîné, Zakaria, ambassadeur à Abou Dabi, Abdelkerim, directeur de cabinet civil parmi les plus en vue et ayant déjà affiché les ambitions de succession. Sans compter que les rebelles du FACT qui ont mis fin au règne de Deby et ont été floués par des manœuvres françaises pour retarder leur entrée dans la ville et finalement, un autre schéma a permis l'ascension du fils. Autrement dit, le nouveau président du CMT devra assurer sa propre sécurité tout d'abord, au sein d'un clan auquel il n'appartient pas et qui va difficilement l'accepter.

Directeur Général Sud FM

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.