Sahara Occidental: La Commission africaine des droits de l'Homme appelée à protéger les sahraouis dans les territoires occupés

- Le président du Comité national sahraoui des droits de l'Homme a appelé, mercredi, la commission africaine des droits de l'Homme et des peuples (CADPH) à protéger les sahraouis sous l'occupation marocaine et l'a interpelé quant à l'urgence de se rendre dans les territoires occupés de la RASD pour enquêter sur les violations à l'encontre du peuple sahraoui.

S'exprimant lors des travaux de la soixante-huitième session de la Commission africaine des droits de l'Homme qui examine, depuis le 15 avril dernier, la situation des droits en Afrique, le président du comité sahraoui, M. Abba Al-Hassain, a attiré l'attention des membres de la CADPH et l'ensemble des participants (représentants des Etats et gouvernements de l'Union africaine, représentants des institutions nationales, de la société civile et des organisations internationales), sur les derniers développements liés à la question sahraouie.

Il a mis en garde contre les agissements auxquels se livrent "les forces répressives marocaines (torture, arrestations, sièges, procès inéquitables et toutes formes de harcèlement et la politique de vengeance systématique et continuelle) à l'encontre des défenseurs des droits humains sahraouis, les professionnels des médias et les militants défendant le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance".

Le chef du comité a renouvelé lors de son intervention la demande de démantèlement du mur de séparation établi par l'Etat marocain et qui divise le peuple et le territoire du Sahara Occidental. La construction de ce mur qui s'étend sur plus de 2700 km, avec "l'implantation des millions de mines, y compris antipersonnel", constitue, pour ce dernier, "un crime contre l'humanité", du fait leur interdiction au niveau international et en raison des effets graves sur les humains, les animaux et l'environnement.

M.Abba El-Hassain a rappelé à la Commission africaine des droits de l'Homme et des peuples que le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine, a approuvé, le 18 mars 2021, une déclaration finale à la 984e réunion sur la question du Sahara occidental en tant que question nécessitant une décolonisation, et a noté que cette déclaration (décision) soulevait la question des droits de l'Homme et du pillage systématique des richesses sahraouies par le Maroc.

Il a ajouté que le Comité sahraoui des droits de l'Homme s'est félicité de l'appel du Conseil africain de paix et de sécurité à effectuer une visite de terrain dans la région dès que possible pour obtenir des informations sur la situation compte tenu en particulier de la situation actuelle dans laquelle les civils sahraouis vivent sous occupation marocaine après le retour de la guerre.

Le chef du comité a ajouté dans son intervention qu'"il était temps pour la Commission africaine des droits de l'Homme et des peuples de se rendre dans les territoires occupés de la RASD dans la mise en œuvre des décisions pertinentes de l'UA et pour enquêter sur les violations contre le peuple sahraoui dans cette dernière colonie d'Afrique, que la commission n'a jamais visitée malgré tous les appels qui lui sont adressés".

A ce titre, il a considéré que "la suppression de la tâche de suivi et l'établissement de rapports sur la situation des droits de l'Homme au Sahara occidental par les mécanismes africains, a conduit l'Etat marocain à continuer de violer les droits de l'Homme et des peuples dans un pays africain occupé par un pays africain en violation flagrante de la Charte africaine des droits de l'Homme et des peuples et l'Acte constitutif de l'Union africaine".

Enfin, M. Abba Al-Hassain a déclaré que la Commission africaine des droits de l'Homme et des peuples, qui a "une responsabilité particulière envers le peuple sahraoui, y compris la protection et la préservation de ses ressources naturelles, ne devrait ménager aucun effort pour assurer que la justice et l'équité conformément à la légalité internationale".

A La Une: Droits de l'Homme

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.