Burkina Faso: Filière bétail - Yako dispose d'un nouveau marché de bétail

Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Dr Modeste Yerbanga (droite), inaugurant le marché de bétail à travers la coupure de ruban.

Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Dr Modeste Yerbanga, a inauguré le marché de bétail de Yako, le mardi 13 avril 2021 dans la province du Passoré.

Le nouveau marché de bétail de Yako se compose de deux box pour bovins et petits ruminants, des hangars de négociation, d'un quai d'embarquement, d'un bâtiment administratif, des magasins, d'une fosse fumière, d'un forage, d'une latrine VIP, d'un guichet, d'un logement pour le gardien et d'une clôture métallique. L'infrastructure a été inaugurée, le mardi 13 avril 2021 à Yako par le ministre des Ressources animales et halieutiques, Dr Modeste Yerbanga, en présence des autorités administratives locales et coutumières. D'un coût de 138 394 124 F CFA, la réalisation de cette infrastructure entre dans le cadre du Programme de croissance économique dans le secteur agricole (PCESA).

Ce programme a pour ambition de contribuer à une augmentation de la productivité, des valeurs ajoutées et des revenus agricoles en vue d'une croissance économique nationale et d'une réduction de la pauvreté. Selon le coordonnateur du PCESA, François Guira, ce nouveau marché va améliorer les conditions de mise en marché des animaux et rendre plus efficace l'organisation des éleveurs de la commune. Pour lui, c'est un marché très important pour les acteurs de la filière bétail-viande. « C'est une opportunité pour eux d'avoir un lieu approprié pour faire le commerce parce qu'ailleurs, ils étaient exposés à un certain nombre de risques. Non seulement les animaux pouvaient se perdre, mais aussi il y avait beaucoup de cas de vols. A présent, ils sont sur un site sécurisé. En outre, ce lieu va permettre de valoriser la production animale », a expliqué François Guira. Il a poursuivi que ce joyau va accroître les recettes de la commune.

Faire des échanges commerciaux

Pour le ministre, Dr Modeste Yerbanga, ce marché de bétail va amener les bénéficiaires à faire des échanges commerciaux avec d'autres commerçants et permettre de développer des activités connexes dans le secteur des ressources animales. Il a rappelé que les investissements réalisés par le PCESA sont très importants pour son département. A l'en croire, environ cinq milliards F CFA ont été injectés pour répondre au développement de l'élevage, à créer des emplois et à apporter de la valeur ajoutée à la production animale avec pour effet positif immédiat, l'accroissement des chaînes de valeurs dans l'économie.

Le chef du département des Ressources animales a fait savoir que l'un des objectifs de son ministère est la professionnalisation de tous les acteurs qui sont impliqués dans ce secteur. De ce fait, les marchés de bétail, a-t-il dit, constituent une des étapes de la chaîne que son ministère de tutelle travaille à développer. Il a informé que le Royaume du Danemark, à travers son ambassade au Burkina Faso, apporte un soutien inestimable au développement des infrastructures dans différentes régions du pays notamment dans la filière bétail-viande.

Il a également saisi l'occasion pour annoncer que l'abattoir moderne de Ouahigouya serait fonctionnel dans les jours à venir afin de résoudre l'équation de la vente sur pied et de tendre vers la transformation. A l'issue de la cérémonie d'inauguration, le ministre Yerbanga a rendu visite aux agents de la direction provinciale des ressources animales afin de s'enquérir de leurs conditions de travail et de leur apporter ses encouragements.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.