Sénégal: La réalisation de l'Agropole Nord nécessite un financement de 65 milliards de francs (responsable)

Saint-Louis — Une enveloppe de 65 milliards de F CFA est nécessaire pour réaliser l'Agropole Nord devant polariser les régions adminsitratives de Matam, Louga et Saint-Louis, a indiqué mercredi, Moustapha Lo, chargé du volet "suivi-évaluation" des projets Agropoles.

Ce financement sera pris en charge par les bailleurs que sont la Banque africaine de développement (BAD, la Banque européenne d'investissement (BEI) et l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA), a-t-il déclaré à la presse.

M. Lo s'exprimait à l'ouverture d'un atelier de prévalidation de l'Agropole nord, en présence du Représentant Résident de l'ONUDI, Malick Sy, du Représentant de la JICA, Masakatsu Komori, ainsi que d'une soixantaine de responsables d'organisations paysannes.

Les travaux pourraient démarrer dans deux ans, selon M. Lo, rappelant que les projets Agropoles font partie du Programme Partenariat de coopération pays (PCP) de l'Organisation des nations unies pour le développement industriel (ONUDI).

De son côté, le coordonnateur du projet, Djily Mbaye Lô, a noté que "le Plan d'action prioritaire ajusté et accéléré (PAP/2A) a été lancé par le président Macky Sall dans le but de recentrer les priorités du Programme Sénégal émergent (PSE) sur la souveraineté alimentaire".

Ce plan, a-t-il fait savoir, prévoit aussi de s'intéresser entre autres, "à l'industrialisation de l'économie, au développement du numérique, à la promotion du tourisme et au renforcement de l'équité territoriale et de l'inclusion sociale".

Il estime que "notre agriculture dispose de plusieurs filières agricoles à vocation commerciale qui représentent un potentiel de développement durable orienté vers le marché (intérieur et extérieur)".

Il a cependant regretté "le manque d'infrastructures de qualité (agrégation, transformation, commercialisation) qui freine leur développement".

Le Sénégal s'est fixé comme objectif, de réaliser cinq Agropoles intégrées et compétitives reposant sur des chaînes de valeur agricoles à potentiel de développement élevé, a-t-il dit.

Pour y arriver, il a préconisé le renforcement de la valeur ajoutée des produits agricoles exportés, de réduire la dépendance aux importations de produits agroalimentaires, de créer de la valeur ajoutée agricole au niveau local, d'apporter des opportunités d'infrastructures, de revenus et d'emplois.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.