Afrique: L'Union africaine encourage les États membres à pourvoir les postes vacants

Luanda — La Commission de l'Union africaine (CUA) a envoyé, lundi, une note verbale aux représentants permanents auprès de l'Union africaine, contenant des informations sur les postes vacants et les délais de candidature, via le site des carrières de l'Union africaine (UA) http: / /careers.au .int.

La CUA rappelle aux États membres la décision issue de la 20e session extraordinaire du Conseil exécutif de l'UA, tenue à Addis-Abeba, en Éthiopie, du 14 au 15 novembre 2018, demandant à la Commission d'annoncer et de publier correctement les postes vacants pour les citoyens des États membres.

Selon le document, les candidatures jusqu'au 18 mai peuvent déjà être soumises pour le directeur de l'économie durable et de l'économie bleue, du Département de l'agriculture, du développement rural, de l'économie bleue et de l'environnement durable, ainsi que pour le directeur des infrastructures et de l'énergie, du département avec le même nom.

Des propositions sont également ouvertes pour le directeur de gestion des conflits et directeur de gouvernance et prévention des conflits, tous deux du Département des affaires politiques, de la paix et de la sécurité, ainsi que pour secrétaire de la Commission de l'UA (avec la catégorie de directeur), ajoute une note de presse de la représentation permanente de l'Angola auprès de l'Union africaine.

Les services du protocole ont le poste de Directeur de protocole, des Finances et celui de Directeur des finances disponibles.

Les postes de directeur général et de directeur des ressources humaines ont été ouverts à l'appel d'offres le 31 mars 2021. Il y a un total de dix-neuf postes supplémentaires vacants au niveau de directeur, dont huit ont été publiés le 18 avril et le reste le sera le prochain vendredi.

En vue d'insérer un plus grand nombre de cadres angolais dans l'UA, une réunion virtuelle a eu lieu mardi, impliquant la Représentation permanente de l'Angola auprès de l'organisation continentale et l'Académie diplomatique Venâncio de Moura, une institution qui, selon l'ambassadeur Francisco José da Cruz, peut jouer un rôle important dans la réalisation de cet objectif stratégique de l'Exécutif.

La réunion, à laquelle a participé le directeur de cette académie, l'Ambassadeur José Guerreiro Alves Primo, faisait partie de la discussion d'une stratégie d'identification et de préparation des candidats, en vue de réussir les différents concours d'admission aux postes de la CUA, un processus très compétitif entre les États membres de l'UA qui privilégie le mérite et la compétence.

Un événement de ce type, promu par la Représentation permanente de l'Angola auprès de l'UA et la Direction de l'Afrique, du Moyen-Orient et des organisations régionales du ministère des Affaires étrangères, a eu lieu le 9 avril, avec des responsables de différents ministères, abordant les opportunités d'admission du personnel national pour 74 postes vacants auxquels le pays a droit dans l'organisation continentale.

La nouvelle réalité fait suite à la 38e session ordinaire du Conseil exécutif, tenue en février dernier, au cours de laquelle les chefs de diplomaties africaines ont approuvé le nouveau système de quotas, permettant à l'Angola de passer des trente-neuf (39) sièges précédents à soixante-quatorze (74) ).

L'Angola est l'un des plus gros contributeurs au budget statutaire de l'UA, aux côtés de l'Algérie, de l'Égypte, du Maroc et du Nigéria, mais est sous-représenté dans les structures de l'organisation continentale, avec seulement cinq (5) agents permanents de la Commission de l'Union africaine (CUA), en contradiction avec la règle qui favorise les plus grands financiers pour pourvoir les postes vacants.

Dans le discours à la Nation, le 15 octobre 2020, le président de la République, João Manuel Gonçalves Lourenço, a souligné la question de l'insertion des cadres angolais dans les organisations internationales et régionales, dans le cadre de la politique étrangère de l'Angola.

Cette déclaration a coïncidé avec l'approbation par le Conseil exécutif de l'UA d'une décision d'octobre 2020, relative à l'opérationnalisation de la première phase du Plan de transition, de l'ancienne à la nouvelle structure de l'UA, pour le second semestre de cette année, qui prévoit de pourvoir 78 postes vacants au poste de directeur et de chef de division.

Les principales exigences dans les deux cas sont le diplôme universitaire minimum requis pour une maîtrise, âgé entre trente-deux (32) et soixante (60) ans, parlant couramment au moins deux des langues de travail de l'organisation (portugais, anglais, français, Arabe).

D'autre part, la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) a annoncé qu'elle avait des postes vacants pour le poste de chef de section du Centre africain pour la politique climatique (jusqu'au 30/5), directeur de la Division du développement et des finances du secteur privé (29/5 )), Directeur des affaires économiques (27/5), chef de la section des publications et de la gestion des conférences (15/5) du conseiller régional principal du capital naturel (26/4) et directeur de la gestion des contrats (22/4).

A La Une: Afrique

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.