Congo-Brazzaville: Peinture - Jonas Boboma Mionzo expose ses tableaux à la galerie des Dépêches de Brazzaville

C'est devant un panel des amoureux d'œuvres d'art (ambassadeurs et hommes de culture) que s'est ouverte, le 21 avril, l'exposition-vente des œuvres d'art de l'artiste peintre Jonas Boboma, sous les auspices de Mme Lydie Pongault, conseillère à la Culture, Art et Tourisme du président de la République.

Intitulée « Couleurs de femmes », cette exposition s'étendra jusqu'au 21 juin prochain. Trente-neuf tableaux sont exposés durant deux mois au musée galerie du bassin du Congo des Dépêches de Brazzaville. Il s'agit des tableaux suivants : Le Yin et le Yang ; Le batteur de Tam-Tam ; C'est maintenant ; L'Artisane ; La mannequine ; Couple d'artistes en confinement ; Femme assise ; L'unité culturelle du nord au sud ; L'École de dimanche ; La sirène de Ngwamouchi ; Distanciation ; Salon de coiffure ; La subordonnée ; Coco-Rico ; Les femmes se lèvent ; Le masque aux yeux d'or ; L'Enigme du pouvoir ; La couturière ; Judith ; Le rendez-vous... Tous ces tableaux sont peints en huile à l'exception du Portrait peint en pastel.

Dans son mot de bienvenue, Mme Lydie Pongault a indiqué : « S'il est évident que l'homme est le résultat de son parcours, il est d'autant plus évident que la posture d'illustre peintre dont jouit Boboma aujourd'hui est la résultante de sa conquête permanente du beau. Son œuvre trouve dans le travail esthétique une finalité, à travers une recherche exacerbée de la magie du pinceau, de l'envoûtement par la couleur et l'exploration de l'érotisme, et convoque également la sacralité, à travers le symbolisme religieux.»

Boboma, a poursuivi Lydie Pongault, c'est aussi un parcours souvent consacré. Il a notamment reçu le premier grand prix du Centre international des civilisations Bantoues, quatrième édition en 1994 ; une bourse du gouvernement français pour un stage à l'académie du Viaduc des arts de Paris en 1996 ; les Sanza, le trophée des créateurs, catégorie peinture en 2020.

Présentant ses tableaux avant la visite guidée, Jonas Boboma Mionzo a fait savoir à l'auditoire que quand il sera devant un tableau, il y aura deux lectures à faire : la lecture iconographique qui consiste à lire les couleurs, les formes et trouver les indices, qui est donc la lecture la plus facile à faire, et une autre qu'on appelle iconologique, c'est-à-dire trouver le fond de la chose ; ce que signifie le tableau.

Pour Jonas Boboma, le choix du thème « Couleur de femmes » s'explique par le fait que dans sa peinture, il y a une grande partie qui parle de la femme. Selon l'artiste on ne peut pas parler de l'homme sans la femme. Du point de vue biblique et de la création, la femme est la partie qui manque à l'homme pour qu'il soit complet. Sur le plan artistique et esthétique, l'art a pour objet le beau. Et quand il faut chercher le beau, on le trouve dans des courbes, des contre-courbes, des arabesques. Dans la recherche du beau, on ne peut passer que par la femme.

Notons que l'artiste peintre Jonas Boboma Mionzo célèbre ses trente ans de carrière d'artiste peintre. Pour lui, c'est une opportunité d'exposer ses œuvres picturales à la galerie des Dépêches de Brazzaville. « C'est la meilleure occasion pour moi d'exposer mes tableaux au musée galerie du bassin du Congo des Dépêches de Brazzaville », a déclaré l'artiste peintre.

Né en 1964 à Bodzeka, dans le département des Plateaux (République du Congo), Jonas Boboma Mionzo, dit Boboma, est un artiste peintre. Il a fait ses études primaires, secondaires et supérieures à Brazzaville, avant de traverser le fleuve Congo pour aller suivre une formation de 1987 à 1990 à l'Académie des beaux-arts de Kinshasa. Il a participé à de nombreuses expositions, tant collectives qu'individuelles, dont la première biennale des arts d'Abidjan en 1993. Si, à ses débuts, son œuvre trouve dans le travail esthétique une finalité, à travers une recherche exacerbée de la magie du pinceau, de l'envoûtement par la couleur et l'exploration de l'érotisme, Boboma s'oriente désormais vers la sacralité, à travers le symbolisme religieux.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.