Afrique: Journée internationale de la Terre nourricière - Restaurer notre Terre

La forêt d'Ebo au Cameroun

L'expression « Terre nourricière » est couramment utilisée dans de nombreux pays et régions pour désigner la planète Terre. Elle illustre l'interdépendance qui existe entre l'être humain, les autres espèces vivantes et la planète sur laquelle nous vivons tous. Or, jamais une telle interdépendance ne s'est révélée aussi tangible comme en cette période.

La nature souffre et nous envoie des signaux forts, que nous ne pouvons plus négliger. Les océans se remplissent de plastique et deviennent plus acides. La chaleur extrême, les incendies de forêt et les inondations, ainsi qu'une saison d'ouragans record dans l'Atlantique, ont touché des millions de personnes. À tout cela s'ajoute la pandémie de maladie à coronavirus (COVID-19), qui a engendré une crise sanitaire mondiale, allant de pair avec celle de notre écosystème.

Les changements climatiques et les autres perturbations environnementales provoquées par les activités humaines, notamment celles qui touchent à la biodiversité comme la déforestation, le changement d'affectation des terres, l'agriculture et l’élevage intensifs, ou encore le commerce illégal des espèces sauvages, sont autant de facteurs qui contribuent au risque de transmission de   maladies infectieuses zoonotiques   (c’est-à-dire transmissibles entre animaux et êtres humains) comme la COVID-19.

En effet, 75 % des nouvelles maladies infectieuses qui émergent tous les 4 mois chez l’homme   proviennent des animaux, selon un   rapport du Programme des Nations Unies pour l'environnement .

Les écosystèmes soutiennent toute vie sur Terre. Plus nos écosystèmes sont sains, plus la planète et ses habitants sont en bonne santé. La restauration de nos écosystèmes endommagés contribuera à mettre fin à la pauvreté, à lutter contre le changement climatique et à prévenir une extinction massive. La   Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes , qui sera officiellement lancée avec la Journée mondiale de l'environnement le 5 juin 2021, nous aidera à freiner et inverser la dégradation des écosystèmes sur tous les continents et tous les océans. Mais nous ne réussirons que si tout le monde fait sa part.

C’est pourquoi il est important qu’en cette Journée internationale de la Terre nourricière nous insistions sur le passage à une économie plus durable, qui bénéficie à la fois à l’humanité et à la planète.   Assurer une harmonie avec la nature   et la Terre n’est plus uniquement souhaitable, mais nécessaire. Rejoignez le mouvement mondial pour sauver notre planète!

La biodiversité, notre meilleure alliée face à l’urgence climatique

L'épidémie de la maladie à coronavirus pose non seulement un énorme risque pour la santé publique et l'économie mondiale, mais aussi pour la biodiversité. Or, cette dernière représente aussi une solution efficace contre les épidémies elles-mêmes : la diversité des espèces rend en effet plus difficile la propagation rapide d’agents pathogènes.

La communauté scientifique nous rappelle régulièrement l’importance de solutions fondées sur la nature comme moyen d'assurer le bien-être des êtres humains et celui de la Terre. La biodiversité fait partie de ces solutions. Toutefois, cette même communauté n’a cessé de tirer la sonnette d'alarme au sujet de son appauvrissement. On estime aujourd’hui qu'environ un million d'espèces animales et végétales sont désormais menacées d'extinction. Il est donc impératif d’agir maintenant.

Les   liens spécifiques qui existent entre notre santé et la biodiversité   sont donc indéniables. Autrement dit, tout impact sur la biodiversité a aussi un impact sur notre nutrition, sur la recherche en santé ou la médecine traditionnelle, sur l’émergence de nouvelles maladies infectieuses et sur la distribution des plantes, des agents pathogènes, des animaux et même des établissements humains quand ils sont affectés par les changements climatiques.

Actuellement, l’humanité doit gagner la bataille contre la propagation de la COVID-19 et les conséquences de la pandémie. Cependant, nous ne devons pas oublier une autre bataille à mener sur le long terme, une que nous ne pouvons surtout pas perdre : celle contre la dégradation de notre planète.

Cette année et les années qui suivent représentent un tournant pour la biodiversité et l’environnement, et notre action (ou inaction) durant cette période définira désormais notre sort et celui de la Terre.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X