Madagascar: Formation d'un volcan? - Panique à Ambohimandry Arivonimamo

Un phénomène sismologique a été constaté à Tsimahabeomby Ambohimandry, du district d'Arivonimamo depuis mardi. Les habitants appréhendent une activité volcanique.

En effervescence. L'alerte sur une suspicion de volcan en formation à Tsimahabeomby, dans la commune rurale d'Ambohimandry, du district d'Arivonimamo, a beaucoup secoué la population depuis mardi.

De la ville d'Imerintsiatosika, la localité se situe à treize kilomètres. Avec un véhicule tout-terrain, le trajet dure une heure. Une route rude, rocailleuse, boueuse et poussiéreuse.

Arrivés sur les lieux, des responsables dépêchés par la primature, l'Institut et observatoire de géophysique d'Antananarivo (IOGA) assistés par des gendarmes et des policiers étaient présents. Le fokonolona s'y attroupait également.

« Un villageois m'a téléphoné hier (ndlr : mardi) vers 16h. J'ai été apeuré quand il m'a dit qu'une avancée arrondie se fait remarquer sur une partie de la plaine de Tsimahabeomby et cela a pris une hauteur d'environ deux mètres. Apparemment, elle a soixante mètres de largeur et quatre vingt mètres de longueur. La personne m'a demandé de pré venir immédiatement tous les responsables. », explique René Fidèle Rakotondrasoa, maire de la commune d'Ambohimandry.

Étude approfondie

« Dans un premier temps, je ne lui ai pas fait confiance. Du coup, j'ai appelé le chef fokontany et interrogé le fokonolona sur ce qui s'est réellement passé. Ils ont tous confirmé les faits. Maintenant, moi aussi, je suis convaincu, la surface a vraiment sailli, alors qu'elle était la partie la moins élevée, je la voyais très bien quand je passais ici à moto autrefois. » affirme le maire.

Informé de la situation, le gouverneur d'Itasy et le chef du district d'Arivonimamo ont recommandé l'évacuation immédiate des habitants jusqu'à deux ou trois kilomètres de l'endroit en attendant l'inspection des techniciens sismologues.

« Nous nous sommes enfuis vers la forêt, loin de chez nous. On nous a dit que cette terre allait exploser. », témoigne un chef de famille.

« Nous avons sensibilisé les gens depuis hier soir (ndlr: mardi soir). Sept cents personnes ont été concernées. Ils se sont momentanément éloignés avant de revenir, comme vous les voyez maintenant. », avance le chef fokontany Razafimahatratra.

« Une bosse est tout simplement due à la montée du magma. Pourtant, ce qui se passe ici, nous ne pouvons le confirmer comme ça, qu'après avoir vérifié la progression du magma. Ce que nous voyons également ici est un sol de latérite, mais non volcanique. », relate le docteur Andry Ramanantsoa, responsable du laboratoire sismologie et inflation, au sein de l'IOGA.

« Nous avons seulement effectué des constatations et recueilli des indices. Nous procéderons à une étude approfondie. Cette partie pourrait encore enfler. Pour le moment, je ne me permets pas d'affirmer que c'est un volcan. D'ailleurs, la bosse n'a occasionné ni un tremblement de terre ni une cassure.» ajoute-t-il.

« J'ai actuellement 47 ans et depuis que je suis né, je n'ai jamais vu un phénomène pareil. À l'époque de l'amiral Didier Ratsiraka, cette plaine avait été utilisée pour l'atterrissage des parachutistes », conclut le maire.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.