Madagascar: Enterrement - Les habitants de Tsiafahy contestent le Fasan'ny Firaisam-po

Le projet de cimetière pour les victimes du coronavirus fait l'objet de contestation dans les communes concernées. À Sabotsy-Tsiafahy, les habitants manifestent depuis mardi.

Ils ont placé des barrages sur la route qui mène vers leur village, pour empêcher que des véhicules qui transportent les cadavres des victimes de la Covid-19 y entrent. Ils veillent jour et nuit. « Nous refusons que notre village soit transformé en un cimetière des victimes d'une épidémie. Ce village est habité. Ses habitants risquent ainsi de contracter le virus, si ce projet se concrétise », lancent-ils. Une autre source signale qu'un réseau d'adduction d'eau passe dans ce village. Ces villageois regrettent de ne pas avoir été consultés, avant la prise de cette décision.

Le député d'Atsimondrano et le chef du district d'Atsimondrano sont descendus à Tsiafahy, hier, pour voir de près ce problème. « En tant que député, je suis descendu sur place pour écouter les plaintes de la population. Nous avons constaté que l'endroit prévu pour le cimetière se trouve, effectivement, trop près d'un village. Mon devoir est, maintenant, de faire le rapport aux responsables », indique le député Andry Ratsivahiny.

Des lieux d'enterrement commun, appelés «Fasan'ny firaisam-po » seront mis en place à Tsiafahy-Atsimondrano et à Mandrosoa-Ambohidratrimo, pour les décédés du coronavirus. À Mandrosoa comme à Tsiafahy, les projets sont contestés. Leurs habitants ont peur car il y a des risques de contamination. Mais des médecin expliquent que le risque de contamination est très faible, lorsque le cadavre est désinfecté, scellé dans un sac mortuaire ou dans un plastique et enfermé dans un cercueil. À Tsiafahy, les travaux d'aménagement pour construire le cimetière n'ont pas encore commencé.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.