Maroc: Mohammédia - Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux (DGSN)

Rabat — Les éléments du service de la police judiciaire de Mohammédia ont interpellé, mercredi, deux ressortissants de pays subsahariens présumés impliqués dans une affaire de faux et usage de faux.

L'un des deux suspects a été interpelé à Témara et l'autre à Rabat, dans le cadre de l'enquête judiciaire menée dans l'affaire des faux contrats de travail fournis le 19 avril par deux ressortissants étrangers dans leur demande pour l'obtention du certificat de résidence au Maroc, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Les perquisitions effectuées dans le cadre de cette affaire, poursuit la même source, ont permis de saisir chez le premier suspect d'imprimantes numériques, d'ordinateurs et de scanners soupçonnés d'être utilisés à des fins de fraude, ainsi que de faux cachets administratifs utilisés dans la légalisation, des passeports et des certificats de résidence portant les identités d'autrui.

Les mis en cause, ainsi que les deux ressortissants ayant fourni des faux contrats de travail, ont été placés en garde à vue à la disposition de l'enquête menée sous la supervision du parquet compétent, en vue d'élucider les tenants et aboutissants de cette affaire et de déterminer l'ensemble des actes criminels qui leur sont reprochés, conclut le communiqué.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.