Afrique Centrale: Aviation - La montée en puissance de l'Agence de supervision de la sécurité aérienne en Afrique centrale

Les inspecteurs de l'agence viennent d'être nommés, 14 ans après la création de cette institution spécialisée de la Cémac (Communauté économique et monétaire des États de l'Afrique centrale).

Avec son siège à N'Djamena, au Tchad, l'Agence de supervision de la sécurité aérienne en Afrique centrale (ASSA-AC) peine à se déployer en raison du manque de financements. L'installation des inspecteurs augure de bonnes perspectives pour l'agence de sécurité aérienne, à en croire le communiqué de la troisième session ordinaire du Comité des ministres de l'organisation sous-régionale, tenue 13 avril en visioconférence.

En l'absence de la Guinée équatoriale, les ministres en charge de l'Aviation civile du Cameroun, de la Centrafrique, du Congo, du Gabon et du Tchad, ont procédé au recrutement des premiers inspecteurs de l'ASSA-AC. Cette nouvelle phase devra contribuer à l'opérationnalisation véritable de l'agence, a estimé son directeur général, le Centrafricain François Alexandre Kiapo.

À l'issue des travaux du conseil des ministres, le logo de l'Agence a été choisi (l'image d'un colibri prenant son envol). Au sujet de la règlementation communautaire, présentée comme activité phare de l'ASSA-AC, le directeur général a fait le point sur l'état d'avancement de cet important projet, notamment en ce qui concerne le règlement de base, les règlements d'application ainsi que les éléments d'orientation.

« Le Comité qui en a pris bonne note a adopté le chronogramme des activités de basculement des Etats membres au système réglementaire communautaire au 31 décembre 2022 », précise le communiqué du conseil des ministres.

En 2019, les ministres en charge du Transport aérien des États membres avaient convenu d'un accord d'une contribution égalitaire de 60 millions de francs CFA pour soutenir l'opérationnalisation de l'agence.

A La Une: Afrique Centrale

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.