Ile Maurice: Mort de Soopramanien Kistnen - L'emploi du temps de l'ex-ministre Sawmynaden décrypté

Troisième jour d'interrogatoire, hier, pour l'ancien ministre du Commerce, Yogida Sawmynaden, par la Major Crime Investigation Team (MCIT) qui enquête sur les circonstances de la mort de Soopramanien Kistnen, exagent du Mouvement socialiste militant (MSM). L'ancien ministre a soumis aux enquêteurs son emploi du temps du vendredi 16 octobre 2020, date à laquelle l'habitant de Moka, âgé de 52 ans, avait été porté disparu avant d'être retrouvé calciné dans un champ de cannes à Telfair, Moka, deux jours plus tard.

En présence de ses hommes de loi, Mes Raouf Gulbul et Mahmad Aleem Bocus, Yogida Sawmynaden a expliqué que le vendredi 16 octobre 2020, il a assisté à la réunion du Conseil de ministres. Vers 13 h 30, il s'est rendu dans deux kovils à Rivière- des-Anguilles et La Sourdine, L'Escalier, respectivement. Il aurait quitté Rivière-des-Anguilles vers 21 h 30 pour se rendre à L'Escalier d'où il serait reparti vers 22 h 30. La MCIT compte vérifier ces informations auprès des deux religieux de ces lieux de culte.

En août 2020, raconte Yogida Sawmynaden, Soopramanien Kistnen lui a fait suivre un SMS que son épouse lui aurait envoyé pour lui dire qu'un de ses deux créanciers était devant sa porte pour lui réclamer de l'argent. L'ancien ministre explique avoir conseillé au défunt de porter plainte à la police mais celui-ci ne l'aurait jamais fait.

Soopramanien Kistnen, ajoute-t-il, était si stressé par les pressions de ce créancier qu'il serait tombé malade et avait été admis à l'hôpital Victoria, à Candos. L'ancien ministre déclare lui avoir rendu visite à l'hôpital. Ce jour-là ce dernier lui aurait confié que ses deux créanciers l'attendaient dans l'enceinte de l'hôpital. Après sa décharge de l'hôpital, selon l'ex-ministre, Soopramanien Kistnen lui aurait confié qu'un des deux créanciers n'avait pas arrêté de le harceler pour qu'il rembourse sa dette. Cet individu, lui aurait confié le défunt, lui aurait demandé de lui (Yogida) réclamer une somme de Rs 5 millions, sinon il ferait des allégations contre lui.

Ce créancier, déterminé à récupérer son argent, soutient Yogida Sawmynaden, évoquant les confidences de Soopramanien Kistnen, aurait même menacé ce dernier en ces termes : «Pou met ladrog ar to garson parey kouma garson B.». Face à ces pressions, l'activiste avait été admis une nouvelle fois à l'hôpital dans la deuxième semaine d'octobre. Deux jours après sa décharge, il avait disparu. L'ex-ministre a confié aux enquêteurs que tous les appels et SMS échangés avec le couple Kistnen peuvent être vérifiés sur son téléphone qu'il a remis aux techniciens de l'IT Unit de la police, lundi.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.