Sénégal: Situation «chaotique» de l'hopital de Kolda - La députée Marième Soda Ndiaye interpelle Diouf Sarr

Depuis décembre 2020, l'hôpital régional de Kolda n'a pas de gynécologue. Un fait qui n'est du goût de la députée Marième Soda Ndiaye qui a adressé une question écrite au ministre de la Santé et de l'Action Sociale, Abdoulaye Diouf Sarr dans laquelle, un diagnostic détaillé de l'état chaotique de l'établissement est dressé par le mouvement des Comités d'Action Politique (Cap 21).

La santé est au cœur de l'actualité de la capitale du Fouladou (Kolda) depuis quelques jours. Un débat alimenté par l'absence de gynécologue dans la région. Un problème soulevé par le mouvement des CAP21 dirigé par Tidiane Tamba et le collectif des Cadres de Kolda. Aujourd'hui, c'est le député Marième Soda Ndiaye qui a posé une question écrite au ministre de la santé et de l'action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr. «(... ) j'ai saisi le Président Moustapha Niasse et adressé une question écrite au Ministre de la Santé et de l'Action Sociale relatif aux mesures et/ou aux dispositions prises pour l'affectation d'un(e) gynécologue à l'- hôpital régional de Kolda».

S'adressant à Abdoulaye Diouf Sarr, la députée rappelle: «lors de votre passage à l'Assemblée nationale durant le marathon budgétaire aux mois de novembre et décembre 2020, nous nous faisions l'écho de la vive préoccupation des populations de l'intérieur du pays qui s'offusquaient du manque de gynécologues, dermatologues, psychologues et ophtalmologues au niveau de certains hôpitaux régionaux». «Cette situation, aux dernières nouvelles, est toujours d'actualité, obligeant les autorités sanitaires à procéder aux évacuations sanitaires vers d'autres établissements publics de santé disposant de telles spécialistes. L'absence de gynécologue à l'hôpital régional de Kolda depuis le 24 décembre 2020, en est une parfaite illustration», soutient Marième Soda Ndiaye.

La députée a demandé à cet effet, au ministre de l'édifier sur les diligences envisagées pour l'affectation effective d'un gynécologue au niveau de l'hôpital régional de Kolda. Ce, dit-elle, compte tenu des désagréments signalés et des répercussions sur le climat social qu'une telle situation pourrait engendrer dans ladite région. Mais la situation est beaucoup plus compliquée et elle apparait dans le diagnostic fait par le mouvement des CAP21, qui selon lui, « l'hôpital régional de Kolda n'a pas de spécialiste en radiologie, de réanimateurs, d'ophtalmologues, de médecins urgentistes et de gynécologues».

En ce qui concerne des équipements, «il n'y a pas de scanners, d'échographes, de respirateurs, de microscopes opératoires depuis deux(2) ans. C'est ce qui explique que même la cataracte n'est pas opérée, une seule machine fonctionne pour la lingerie. Il n'y a pas d'intrants ou de consommables pour le laboratoire et la radio. Les ambulances sont plus malades que les patients qui doivent être évacués que les chauffeurs prennent d'énormes risques pour leur sécurité et celles des malades en état d'évacuation. Les lits sont en nombre très insuffisant car beaucoup de lits sont détériorés, le problème du mur de clôture a été évoqué et enfin la construction d'un centre de traitement des épidémies.

Kolda est la seule région du Sénégal à ne pas avoir un site ou centre de traitement des épidémies». Par ailleurs, le mouvement des Comités d'Actions Politiques (CAP 21) de Kolda qui a révélé aussi que pour ce qui est des ressources humaines, «80% des médecins sont des contractuels qui sont payés par l'hôpital. Il y a très peu de médecins recrutés par l'Etat» entend porter le combat avec des mouvements citoyens pour une solution aux nombreux maux qui minent le système sanitaire de la région.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.