Cameroun: « L'écriture est pour nous une catharsis »

interview

Samba Saphir, auteur philanthrope

Entre écriture et œuvres caritatives, comment s'est effectuée la transition ?

L'écriture est pour moi une catharsis. Sensibiliser, servir des informations vraies afin de soulager mes lecteurs, voilà mon but. « Et si », publié en deux tomes, où je mets en situation un couple sero-discordent, m'a valu de mener des recherches approfondies sur le Vih/Sida et des séjours avec des acteurs du corps médical (virologue, laborantin, infirmiers... ). Cela m'a permis de m'exprimer de façon outillée à travers mes œuvres. J'ai pu procurer des réponses à de nombreuses familles. La page, les péripéties de Saphir (Facebook), est un lien qui m'a permis d'y parvenir et d'octroyer des contacts de spécialistes à de nombreux patients pour un suivi efficient. Redonner du sourire au-delà de l'écriture, voilà ma perspective ultime.

Loin de la littérature, Samba Saphir c'est également des projets sociaux.

Je dirige une association, « La flamme de l'espoir », depuis 2015. A travers elle, nous parrainons un orphelinat, celui de L'enfant Saint Jésus d'Akonolinga. Nous veillons de ce côté-là sur le suivi de 371 pensionnaires. Nous finançons tout ce qui est santé et les assistons médicalement. Lorsque nos moyens se révèlent insuffisants, nous lançons des crowdfunding nous permettant de demander de l'aide à nos followers ou nous organisons des vide-greniers humanitaires.

Des projets en perspectives ?

De nouvelles œuvres verront inéluctablement le jour. En attendant, nous préparons des campagnes de parrainage pour ces jeunes défavorisés. Des packs allant de 20 000 à 300 000 F sont prévus. Il y aura également des packs formation. Sans scolarisation et formation, ces jeunes minorités ne sauraient véritablement s'en sortir. Notre but est qu'ils soient socialement intégrés. Nous envisageons d'aller à la rencontre de dirigeants de société afin que ces enfants soient formés pendant une période raisonnable. Nous aimerions rencontrer des responsables d'hôpitaux et de pharmacies afin qu'à travers une carte, ils puissent bénéficier de soins à tarifs réduits.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.