Congo-Brazzaville: Protection des défenseurs des droits de l'homme - Maick Lukadi insiste sur la nécessité d'une loi spécifique

A en croire le président de l'ONG Assistance pour les personnes vulnérables et enfants du Congo (Apvec), la présence d'une loi dans l'arsenal juridique congolais serait un atout pour permettre aux personnes protégées par cette loi de remplir leur mission sans trop de crainte.

Approché le 21 avril par le Courrier de Kinshasa, le président de l'ONG Apvec, Maïck Lukadi, exhorte les autorités de la République démocratique du Congo (RDC), notamment le Parlement, au vote urgent de la loi portant protection des défenseurs des droits de l'homme (DDH) dont la proposition couve dans les tiroirs de cette institution. « Cette action permettra de doter le pays d'un arsenal juridique, protégeant les DDH dont le travail est bénéfique à toute la nation voire toute l'humanité », a-t-il expliqué. Il en appelle au Conseil national aux droits de l'homme (CNDH) d'appuyer ce plaidoyer des DDH en vue d'obtenir le vote de cette loi.

Motivant ce plaidoyer, le président de l'Apvec-ONDH relève quelques cas de violations auxquelles les DDH ont été victimes. Selon Maïck Lukadi, les auteurs de ces violations sont des éléments de la police nationale, de l'armée et des forces de sécurité.

Il rappelle, en effet, les déboires de certains membres effectifs de son organisation dont lui-même et Nanou Kapinga Mbombo, qui ont été victimes de plusieurs interpellations, arrestations arbitraires, enlèvements, traitements cruels, inhumains et dégradants de la part des éléments des forces de l'ordre.

µDans ce récit, Maïck Lukadi fait savoir que cette dame, activiste au sein de l'Apvec-ONDH, a, par exemple, été appréhendée le 21 janvier 2018, pendant que la population congolaise faisait pression pour s'opposait au troisième mandat du l'ex-chef de l'Etat, Joseph Kabila. « Ils ont été surpris en pleine messe à la paroisse Saint-Michel, par des policiers et militaires qui leur ont jeté des gaz lacrymogènes. Tous ceux qui ont été arrêtés ont été acheminés dans le cachot de la Police nationale/commissariat de la commune de Makala.

µPour elle, son cas a été géré avec plus de rigueur par ce qu'elle a été identifiée comme DDH », a expliqué Maïck Lukadi. Et de noter que toutes ces personnes interpellées ont passé quatre jours à jeun. « C'est par le hasard d'une dispute entre les policiers que certains d'entre ces personnes arrêtées, dont l'activiste de l'Apvec-Ongdh, ont pu se sauver. Mais, comme elle avait déjà été identifiée comme DDH, les services ont continué à la traquer jusqu'à l'obliger à entrer en clandestinité », a dit le président de cette organisation.

Cette situation, a confié Maïck Lukadi, a dérangé la vie de cette activiste, qui ne pouvait plus reprendre le cours normal de ses activités par crainte de représailles. « Nous l'avons aidé, bien que difficilement, en tant que président de l'organisation au sein de laquelle il militait, de se cacher et de refaire sa vie. Mais cela c'était sans compter la détermination de ces services qui voulait la mettre hors d'état de nuire ou plutôt de nuire à sa vie », a signifié Maïck Lukadi.

A l'en croire, ce traitement différent et cruel subi par ce DDH membre de son organisation a été justifié par sa qualité d'activiste dans la défense des droits de l'homme. Aussi fait-t-il constater la présence d'une loi spécifique protégeant ces personnes qui militent dans les droits de l'homme éviterait ces genres d'actions contre elles, au bénéfice de toute la nation. C'est donc s'appuyant sur cette situation, qui illustre ce qu'encourent les DDH, que le président d'APVEC-ONGDH motive son plaidoyer et son insistance pour obtenir le vote de cette loi au niveau du Parlement congolais.

Maïck Lukadi pense également que le vote de cette loi et sa mise en application renforcera également le respect des autres textes, notamment ceux qui garantissent la libre circulation de l'information. En évoquant ces derniers textes juridiques, le président de l'APVEC-ONGDH regrette que les journalistes et autres professionnels des médias, à Kinshasa mais plus encore à l'intérieur du pays, soient pris pour cibles par les services de maintien de l'ordre ainsi que les autorités politico-administratives portant ainsi un coup dur à la lbre circulation de l'information et la liberté y relative garanties par la Constitution et les lois de la République.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.