Congo-Brazzaville: Elie Roger Ossiété - « L'Etoile du Congo a des atouts pour finir deuxième ou premier »

Moins influencé par l'écart de treize points qui sépare son équipe avec l'AS Otohô, l'entraîneur de l'Etoile du Congo croit en la capacité de son équipe à relever le défi lors de la manche retour du championnat.

Quel enseignement peut -on tirer de la première phase de championnat du côté stellien

e vais beaucoup plus m'appesantir sur les résultats bien qu'il y a certaines choses qui ne mériteraient pas d'être dites ici. Je voulais juste faire une comparaison même si la comparaison n'est pas raison. La saison passée, l'Etoile du Congo a fini la mi-saison à la 8e place. Ce qui avait sauvé l'équipe, c'est la Coupe du Congo et la Super coupe. Ce n'était pas trop bien pour cette grande équipe. Cette saison nous sommes deuxièmes. Mais nous ne devons pas dormir sur nos lauriers. Nous avons tiré les leçons sur certaines choses auxquelles nous allons débattre avec les dirigeants pour essayer d'améliorer et de faire en sorte que la phase retour soit plus meilleure. Le championnat n'est pas une course de vitesse. Il est comme une course de fond. Tu peux bien commencer soit pour bien finir ou tu peux bien commencer pour mal terminer et vice versa. Nous avons commencé clopin-clopant. Nous avons fini par occuper la deuxième place. Nous avons fait des faux pas à cause des problèmes d'inorganisation. Nous finissons avec un écart d'un point sur notre poursuivant, cela doit nous interpeller. Je suis en train de bâtir les stratégies qui nous permettront de maintenir le rythme. Le but c'est terminer deuxième ou premier, c'est possible. Nous avons les atouts de pouvoir terminer deuxième ou premier. L'écart de 13 points avec nous, cela veut dire que nous avons quatre matches et un nul. Otohô peut aussi faire des faux pas. Il suffit qu'on soit soudé et que nous fassions le travail. Il suffit aussi que les dirigeants m'écoutent et me soutiennent.

Viser les étoiles, cela veut dire que vous devriez faire un sans- faute à la phase retour

Nous envisageons de faire un sans-faute à la phase retour bien sur que oui. Le problème c'est le travail. C'est se donner et d'essayer de mettre à côté tous nos divergences. Il faut qu'on évite les erreurs. Nous venons de faire quand même un bon parcours. Sur les 13 matches joués, nous n'avons connu qu'une seule défaite contre six victoires et six nuls, 16 buts marqués et 8 encaissés. Les matches nuls que nous avions concédés, la faute revient d'abord à nous le staff technique, mais aussi aux acteurs et aux dirigeants. Nous avons fait beaucoup de matches nuls certes mais nous allons nous battre pour les transformer en victoires. Je vous le promets, à la phase retour, on fera un effort pour obtenir moins de matches nuls.

La gestion des hommes à tous les étages est-elle un véritable casse- tête pour vous

Je suis un pédagogue. En attaque, je prends par exemple Issambet, il a été negligé mais je croyais en son talent. Lorsque j'étais arrivé pour la première fois à l'Etoile, il a été meilleur buteur à la mi-saison avec 13 buts. Lorsque j'ai vu Mouandzibi, je me suis dit qu'il y avait certaines choses qu'il fallait ajouter à ce joueur parce que c'est un bon attaquant. Dieu merci, cela commence à porter les fruits. Issambet à 5 buts et Mouandzibi 4. J'ai d'autres attaquants qui n'ont pas encore marqué. Cela m'inquiète. C'est le cas de Ngouenimba et Matheus aussi qui n'est plus efficace avec un but. Je vais faire un travail avec eux pour les emmener à se surpasser et à prouver de quoi ils sont capables. Mon message est que je te donne la chance, je te donne les atouts nécessaires pour un attaquant pour le rendre puissant. Cela parait comme une évaluation. Si tu ne donnes pas satisfaction, je t'écarte de ma philosophie. Même au niveau des gardiens de buts, j'ai eu la chance et la malchance d'avoir ces deux internationaux. Il faut savoir les gérer en vue de les maintenir en forme. Nous avons l'obligation de les pousser à être performants pour rendre service à la Nation. C'est la raison pour la quelle, je fais des rotations avec ces deux gardiens.

L'écart avec le poursuivant Diables noirs vous inquiète pour la course à la deuxième place

C'est même mieux. Les gens ne veulent pas de l'adversité. Cela nous pousserait à travailler. Si on avait gardé l'écart, il devait avoir un petit relâchement. Avec cet écart, il y a un travail qui se fait et cela veut dire aussi que le championnat est aussi bon. Le défi m'enchante puisqu'il me pousse à travailler davantage. Il faut que nous soyons accompagnés par ceux qui donnent les moyens. La deuxième place est certes qualificative à la Coupe d'Afrique, le championnat n'est pas encore fini peut- être l'Etoile sortira championne.

Et la phase retour, comment entendez- vous la préparer ?

J'ai mis en place un programme qu'on doit discuter avec les dirigeants. Je voulais avant la phase retour que les joueurs soient internés. La phase aller était juste un moyen pour faire une observation. J'ai regardé tout le monde. Je voulais donner la chance à tout le monde. Pendant la phase retour les choses vont changer car l'Etoile du Congo est une grande équipe et au sein de cette équipe, il n'y a que les résultats qui comptent. Je vais désormais aller avec les meilleurs. Je n'irai plus avec les noms. Un international doit prouver son statut au club. Nous devons avoir un stage bloqué parce qu'au début du championnat, mon programme n'a pas été respecté. On aurait dû faire mieux à la compétition africaine. Si on peut faire un stage bloqué, cela va galvaniser le groupe. Je le fais en fonction de la date. La date de la reprise n'est pas encore connue. Ce sera juste pour une semaine. Pendant cette période nous allons gagner beaucoup. Sur les quatre jours, nous pouvons faire quatre séances fois deux. On aura huit séances bien dosées. En ce moment on peut gagner.

Et pour conclure

Il faut que nous soyons un et indivisible pour gagner.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.