Sahara Occidental: Brahim Ghali ressurgit ou presque

Brahim Ghali

De quoi souffre-t-il au juste ?

Malgré les mensonges de la direction du Polisario et les tentatives de Bachir Moustapha qui a, à travers de nombreuses déclarations belliqueuses, cherché à cacher l'absence de son chef, la presse espagnole a fini par confirmer la présence de Brahim Ghali en terre espagnole, précisément à Logorno non loin de Saragosse où il a été admis d'urgence dans un hôpital.

Selon le journal français en ligne « Jeune Afrique » qui a été le premier à révéler l'information, Brahim Ghali (73 ans), souffrirait d'un cancer de l'appareil digestif. Mais ce ne serait pas son cancer qui serait à l'origine de son évacuation d'urgence par avion médicalisé affrété par la présidence algérienne vers l'Espagne où plusieurs mandats avaient été lancés contre lui pour crimes contre l'humanité mais plutôt les négociations menées par le président algérien en personne qui ont abouti à l'engagement du chef du gouvernement espagnol en garantissant que le chef des séparatistes ne sera pas inquiété par la justice. Ce qui justifie sa fausse identité sous le nom de Mohamed Ben Battouche et sa fausse nationalité algérienne. Cet arrangement a été adopté après que le gouvernement allemand a rejeté la possibilité de l'accueillir. Notons que pour son cancer et c'est ce que savent pertinemment les internautes des camps, Brahim Ghali a toujours été hospitalisé à Tindouf où il avait l'habitude de recevoir la visite du chef d'état-major de l'armée algérienne, le général Saïd Chengriha, d'où les nombreuses hypothèses émises dernièrement sur la maladie du sempiternel chef des séparatistes.

Parmi ces hypothèses, la plus persistante est qu'il aurait été touché lors du raid des FAR sur une colonne du Polisario qu'il conduisait et qui s'était soldé par la mort de plusieurs membres de son staff, selon des sources médiatiques concordantes. Cette hypothèse est étayée par le fait que la disparition de Brahim Ghali remonte au jour du raid. Selon ces internautes, cette hypothèse est la plus proche de la réalité et justifie le silence de la direction du Polisario sur cette disparition qui, sans l'indiscrétion des médias, n'aurait jamais été portée à la connaissance des résidents des camps.

A La Une: Sahara Occidental

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X