Tchad: Le Conseil militaire de transition refuse de négocier avec les rebelles du Fact

La junte du CMT oppose une fin de non-recevoir aux rebelles du Fact. Leur chef Mahamat Mahadi Ali se disait prêt à un cessez-le-feu si un dialogue inclusif était engagé. Ce dimanche soir, le porte-parole du conseil militaire de transition leur répond via un communiqué transmis à la presse. « L'heure n'est ni à la médiation ni à la négociation avec des hors-la-loi », a déclaré le général Azem.

La junte refuse de négocier avec les rebelles, qu'elle qualifie de « hors-la-loi » et veut au contraire poursuivre ceux qui se seraient repliés en territoire nigérien à plus de 600 km de Ndjamena, près de Nguiguimi et Ngourti. Le général Azem se dit déterminé à les pourchasser. Et il demande la coopération de Niamey et des alliés du G5 Sahel.

« Ces fuyards, avec à leur tête le chef Mahadi Ali Mahamat, recherché pour crimes de guerre par le procureur général de Tripoli et dont les avoirs sont gelés pour financement du terrorisme, se ravitaillent dans leur retranchement en logistique, notamment en carburant. Ils tentent d'appeler à leur rescousse pour les appuyer dans leurs opérations criminelles plusieurs groupes de jihadistes et de trafiquants ayant servi comme mercenaires en Libye afin d'attaquer et déstabiliser le Tchad. »

« Le Tchad en appelle à la coopération et la solidarité du Niger en vertu des différents accords liant les deux pays frères en vue de faciliter la capture et la mise à disposition à la justice de ces criminels de guerre responsables de la mort de plusieurs dizaines de soldats tchadiens dont le premier d'entre eux le maréchal du Tchad, reposant désormais sur son territoire. »

« Devant cette situation mettant en péril le Tchad et la stabilité de toute la sous-région, l'heure n'est ni à la médiation ni à la négociation avec des hors-la-loi, a insisté le général Azem. Par conséquent, le Tchad lance un vibrant appel à tous les pays membres du G5 Sahel pour plus de solidarité, de coordination et de mutualisation des efforts en vue de mettre hors d'état de nuire ceux qui ont désormais assassiné le maréchal du Tchad et attenté à la sécurité ainsi qu'à celle de l'ensemble du Sahel. »

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X