Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS lors du point presse sur la Covid-19 - 16 avril 2021

À l'échelle mondiale, le nombre de nouveaux cas par semaine a presque doublé au cours des deux derniers mois. On s'approche du taux d'infection le plus élevé que nous ayons connu jusqu'à présent au cours de la pandémie.

Jusqu'au début de cette année, la Papouasie-Nouvelle-Guinée avait signalé moins de 900 cas, et seulement neuf décès. Elle a maintenant signalé plus de 9 300 cas et 82 décès. Ces chiffres sont encore inférieurs à ceux des autres pays, mais l'augmentation est brutale et l'OMS est très préoccupée par le risque d'une épidémie beaucoup plus importante.

Le déploiement du vaccin AstraZeneca a commencé à la fin mars, avec 8 000 doses données par l'Australie ; 13 2000 doses supplémentaires fournies par COVAX sont arrivées cette semaine. Par l'intermédiaire du Réseau mondial d'alerte et d'action en cas d'épidémie de l'OMS, ou GOARN, 13 experts ont été déployés pour soutenir le gouvernement dans la gestion des cas, l'épidémiologie, la lutte contre les infections, le soutien en laboratoire et la gestion de l'information.

La Papouasie-Nouvelle-Guinée est un parfait exemple de l'importance de l'équité en matière de vaccins. Elle a tenu la COVID-19 à distance depuis si longtemps, mais avec l'augmentation des infections, la lassitude face aux restrictions sociales, de faibles niveaux d'immunité parmi la population, et un système de santé fragile, il est essentiel qu'elle reçoive plus de vaccins dès que possible. Et je voudrais profiter de cette occasion pour remercier l'Australie d'avoir fait don de vaccins à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, et ainsi que le Ministre australien des affaires étrangères, qui a exprimé son plein soutien à la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Au niveau mondial, nous continuons d'évaluer l'évolution de la pandémie et d'adapter nos conseils en conséquence. Comme le prévoit le Règlement sanitaire international, le Comité d'urgence a tenu sa septième réunion hier, et j'ai hâte de recevoir son avis lundi. À l'échelle mondiale, notre message à tous les habitants de tous les pays demeure le même : nous avons tous un rôle à jouer pour mettre fin à la pandémie.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour, bon après-midi ou bonsoir.

Partout dans le monde, les cas et les décès continuent d'augmenter à des rythmes inquiétants.

À l'échelle mondiale, le nombre de nouveaux cas par semaine a presque doublé au cours des deux derniers mois.

On s'approche du taux d'infection le plus élevé que nous ayons connu jusqu'à présent au cours de la pandémie.

Certains pays qui avaient auparavant évité une transmission généralisée enregistrent aujourd'hui une forte augmentation des infections.

L'un de ces pays est la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Jusqu'au début de cette année, la Papouasie-Nouvelle-Guinée avait signalé moins de 900 cas, et seulement 9 décès.

Elle a maintenant signalé plus de 9 300 cas et 82 décès. Ces chiffres sont encore inférieurs à ceux des autres pays, mais l'augmentation est brutale et l'OMS est très préoccupée par le risque d'une épidémie beaucoup plus importante.

Il y a une transmission communautaire à grande échelle dans la capitale Port Moresby et dans la province de l'Ouest, et des cas sont maintenant signalés dans chacune des 22 provinces, bien qu'au cours des deux dernières semaines, une certaine diminution ait été constatée.

Le déploiement du vaccin AstraZeneca a commencé à la fin mars, avec 8 000 doses données par l'Australie ; 13,2000 doses supplémentaires fournies par le COVAX sont arrivées cette semaine.

Le vaccin est offert d'abord aux groupes prioritaires, y compris les agents de santé, pour protéger le système de santé local.

Par l'intermédiaire du Réseau mondial d'alerte et d'action en cas d'épidémie de l'OMS, ou GOARN, 13 experts ont été déployés pour soutenir le gouvernement dans la gestion des cas, l'épidémiologie, la lutte contre les infections, le soutien en laboratoire et la gestion de l'information.

Des équipes médicales d'urgence d'Australie, d'Allemagne et des États-Unis sont également arrivées pour appuyer la riposte, et d'autres sont attendues dans les semaines à venir.

L'OMS continue de travailler en étroite collaboration avec le Département national de la santé et ses partenaires pour fournir des conseils techniques et un soutien, et pour renforcer la capacité de riposte de la santé publique locale. Il s'agit notamment d'étendre le dépistage.

La Papouasie-Nouvelle-Guinée est un parfait exemple de l'importance de l'équité en matière de vaccins.

Elle a tenu la COVID-19 à distance depuis si longtemps, mais avec l'augmentation des infections, la lassitude face aux restrictions sociales, de faibles niveaux d'immunité parmi la population, et un système de santé fragile, il est essentiel qu'elle reçoive plus de vaccins dès que possible.

Et je voudrais profiter de cette occasion pour remercier l'Australie d'avoir fait don de vaccins à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, ainsi que le Ministre australien des affaires étrangères, qui a exprimé son plein soutien à la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Aujourd'hui, je suis heureux d'accueillir la ministre de la santé de Papouasie-Nouvelle-Guinée, Mme Jelta Wong.

Madame la Ministre, je vous remercie de votre leadership en cette période difficile pour votre pays, et je vous remercie de prendre le temps de vous joindre à nous aujourd'hui. Vous avez la parole.

[MME WONG S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Merci, madame la Ministre, et merci aussi à monsieur le Premier Ministre. Merci pour tout ce que vous faites. Soyez assurés du soutien total de l'OMS à votre gouvernement et à votre peuple en cette période difficile.

Je sais que nous avons un bureau de pays très dévoué et compétent en Papouasie-Nouvelle-Guinée, et j'ai maintenant le plaisir d'accueillir la représentante intérimaire de l'OMS en Papouasie-Nouvelle-Guinée, Anna Maalsen.

Anna, merci de vous joindre à nous. Parlez-nous des défis auxquels vous êtes confrontée et des mesures que l'OMS prend pour les relever. Vous avez la parole.

[MME MAALSEN S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Merci Anna, et merci pour tout ce que vous et votre équipe faites.

J'envoie mes salutations à toute l'équipe là-bas - vous nous rendez très fiers.

La Papouasie-Nouvelle-Guinée est l'un des 37 pays de la région OMS du Pacifique occidental. Des premiers cas de COVID-19 ont été signalés dans le Pacifique occidental, mais la région compte toujours le moins de cas et de décès parmi les six régions de l'OMS.

Bon nombre de ses pays ont appliqué les leçons tirées de l'expérience passée avec les épidémies de maladies infectieuses comme le SRAS, le MERS et la grippe, et ont été de bons exemples de la manière dont la COVID-19 peut être contenue grâce à des mesures de santé publique éprouvées.

Les cas sont maintenant en forte augmentation en Papouasie-Nouvelle-Guinée et dans d'autres pays de la région. La trajectoire est inquiétante et la situation est fragile.

Pour nous en dire plus, c'est un honneur pour moi de vous présenter le Directeur régional pour le Pacifique occidental, le Dr Takeshi Kasai.

Mon frère Takeshi, merci beaucoup à vous et à votre équipe à Manille et dans chacun de vos 37 pays pour tout ce que vous continuez à faire pour servir les populations du Pacifique occidental. Je vous remercie infiniment pour votre leadership, vous avez la parole.

[DR KASAI S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Merci beaucoup, Takeshi, et j'adresse mes salutations à tous nos collègues du bureau régional. Nous sommes vraiment fiers de travailler avec vous.

Et je suis heureux que nous ayons pu aujourd'hui présenter l'incroyable capacité de l'OMS à apporter son soutien sur le terrain dans les pays, au niveau régional et ici au Siège.

Au niveau mondial, nous continuons d'évaluer l'évolution de la pandémie et d'adapter nos conseils en conséquence.

Comme le prévoit le Règlement sanitaire international, le Comité d'urgence a tenu sa septième réunion hier, et j'ai hâte de recevoir son avis lundi.

À l'échelle mondiale, notre message à tous les habitants de tous les pays demeure le même : nous avons tous un rôle à jouer pour mettre fin à la pandémie.

Christian, vous avez la parole.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X